mercredi 13 octobre 2010

Coulisses

Autant joindre le geste à la parole. Puisque je parlais dans le dernier billet des options par défaut offertes aux admins en matière de blocage, et qu'une image vaut mille mots, autant tout montrer et démystifier un peu ces boutons qui n'ont rien de magique. En fait à mon avis c'est même plutôt le contraire: ça manque de panache et de symboles cabalistiques (des fois que le compte soit piraté et qu'un non-initié veuille jouer).

Roulements de tambour, voici donc un aperçu gratuit dans les coulisses de ceux qui peuvent sur Wikipédia.

Tout d'abord la page de blocage, déjà mentionnée (et montrée dans les commentaires) précédemment. On ne le voit pas ici, mais les menus déroulant offrent plusieurs durées et motifs prédéfinis (2h, 1 jour, etc.; Compte créé pour vandaliser, Abus de faux-nez, re-etc.):


Vient ensuite bien évidemment celle des suppressions, basée sur le même principe: on vous mâche le boulot (ou ce sont toujours les mêmes motifs qui reviennent, au choix).
Une photo d'écran de celle de restauration est ici: on coche les versions à restaurer, et voilà! La procédure est d'ailleurs plus ou moins la même pour les masquages (sauf que la finalité est inverse).

En ce qui concerne les bureaucrates, l'adoubement se fait simplement comme ceci:

La page de renommage des comptes ressemble peu ou prou à celle de renommage d'un article (et à laquelle presque tout le monde a accès).

Enfin, pour les Check Users, c'est aussi assez basique: on rentre un nom d'utilisateur (ou une IP), et en retour on obtient ceci:



Et n'oubliez pas, la plupart de ces actions sont consignées dans des journaux. Ceux-ci (sauf CU et masquages) sont accessibles à tous.

Un grand merci à DocteurCosmos et Gribeco pour les captures d'écran.

2 commentaires:

Maurilbert a dit…

Si tu permets que je finasse sur l'avant-dernière phrase... il faudrait lire : "Et n'oubliez pas, la plupart de ces actions sont consignées dans des journaux. Ceux-ci (sauf CU et masquages) sont accessibles à tous."

Popo le Chien a dit…

Effectivement, c'est plus exact. Corrigé, merci.