mardi 28 décembre 2010

Combien ça coûte

Je me pose parfois la question de savoir si, en plus de mon temps, je devrais aussi mettre la main au portefeuille quand vient le moment de la levée de fond annuelle. Il y a des années où je donne, des années pas, mais je ne saurais vraiment dire pourquoi ça change.

Du coup, n'ayant rien de mieux pour occuper ma soirée, j'ai fait un rapide calcul au doigt mouillé de ce que le temps consacré à Wikipédia ces cinq six dernières années pouvait bien valoir.

Eh bien quel que soit le bout par lequel je le prends, ça quand même fait plusieurs milliers de francs suisses (ou d'euros). Voire même des millions de CFA. Genre vraiment beaucoup, de quoi probablement payer à Jimmy Wales une petite voiture.

Mince alors.

lundi 27 décembre 2010

A propos des commentaires

La ligne rouge à ne pas franchir.
Petite mise au point: les commentaires, sur ce blog, sont libres. J'ai pour principe de ne pas censurer, et j'ai le cuir épais: vous pouvez y dire n'importe quoi, critiquer, contester, digresser, voire même souligner combien je suis une andouille ou variations sur ce thème (certain habitués se reconnaîtront). Vous pouvez également vous écharper entre commentateurs - ça change du bistrot, ça met de l'ambiance, bref rien à redire là non plus.

La limite (car il y en a une), c'est quand lesdits commentaires servent à régler vos comptes (via noms d'oiseaux et/ou dévoilement d'identité) avec des personnes qui ne participent pas à ce blog et qui donc, a priori, n'ont pas idée que vous utilisez le vaste internet pour leur casser du sucre sur le dos. C'est d'une part abuser de mon hospitalité, et d'autre part ces comptes seront bien mieux réglés directement et entre adultes, que ce soit sur la page utilisateur de la personne qui doit souffrir votre inimitié, ou par email. Mais, dans tous les cas, pas de ça chez moi (je viens de supprimer un de ces messages, d'où la présente intervention).

Plus généralement, et de manière bien moins sérieuse, s'il y a bien quelque chose que j'ai remarqué (les collègues blogueurs confirmeront ou pas) c'est que ce ne sont pas les billets que j'aurais a priori trouvés les plus intéressants qui suscitent le plus de réactions. Parfois c'est même le silence radio sur un truc qui je pensais allait changer la face du monde -auquel cas je me demande si je ne délire pas tout seul dans un coin. D'autre fois, les remarques portent sur un point tout à fait annexe ou qui n'a même rien à voir avec ce qui m'a donné l'idée d'aborder le sujet du jour. C'est intéressant, ça montre que chacun voit midi à sa porte et que d'une personne à l'autre il y a souvent un sacré décalage horaire.

J'ai lu un jour qu'un bon billet de blog, ça devait être au final trois minutes de détente offertes au lecteur et rien de plus. C'est loin d'être faux. Mais commentez, commentez, ça n'a pas besoin d'être toujours super profond et ça fait (presque) toujours plaisir, en retour, de se savoir lu (les collègues blogueurs confirmeront - ou pas).

dimanche 19 décembre 2010

Les premiers Dix Mille

Pour info et via BoingBoing: on a retrouvé les 10'000 premières éditions (à ne pas confondre avec les 10'000 premiers articles) de Wikipédia, commises circa début 2001.

Pas mal de choses suprenantes, et notamment le fait qu'Abbeville est dans le lot (contrairement à la Chine - sic transit gloria mundi). Des fautes typographiques dans les titres, un contenu -forcément- un peu américano-centré (on y trouve tous les amendements à la Constitution) et, cherchez l'erreur, plusieurs dizaines de pages sur la bible libertarienne d'Ayn Rand, La Révolte d'Atlas.

Что делать?

Comme me le disait récemment un collègue arbitre, ce n'est vraiment pas un rôle facile sur Wikipédia: "les gens viennent exprimer le peu de bien qu'ils pensent de ce qu'on fait quand on discute, ils renchérissent quand on donne la décision en disant qu'on a fait n'importe quoi, et les admins ne seront jamais foutus de se mettre d'accord pour appliquer les décisions".

C'est un assez bon résumé. Heureusement qu'on est bien payés, ça compense.

Mais ce n'est pas aujourd'hui que je vais essayer de faire pleurer dans les chaumières. Parlons plutôt de ce à quoi doit correspondre une décision et comment, tout seul dans mon coin d'arbitre, j'essaie d'y arriver: il s'agit en fait ici surtout d'une réflexion inaboutie -probablement parce qu'il n'y a pas de formule magique à découvrir à la clef- mais qui recoupe plusieurs remarques que je me suis faites depuis pas mal de temps:
Alternative séduisante au blocage et disponible en 4 coloris,
mais peu pratique pour une communauté virtuelle.
  • Le blocage sert essentiellement à la protection immédiate de l'encyclopédie;
  • Avec les utilisateurs enregistrés "normaux", le blocage punitif sert surtout à marquer le coup;
  • On ne peut pas défaire le passé, notamment si deux contributeurs ont décidé qu'ils se méprisaient cordialement;
  • Notre vie serait pourtant bien-plus simple si on n'avait pas à rediscuter des mêmes trucs à propos des mêmes personnes tous les trois mois;
  • J'ai enfin une confiance toute relative dans la capacité des admins à appliquer les décisions du Comité d'arbitrage sur le long terme, par opposition à un blocage immédiat inclus dans la décision: j'ai de manière croissante l'impression que chaque requête qui commence par "Demande d'application d'une vieille décision d'arbitrage"1 est vouée à se transformer en loooongues discussions, quelle que soit la limpidité de la situation.
D'où l'idée qu'il faut effectivement trouver des solutions pour, justement, éviter que les mêmes personnes -a priori pourtant des contributeurs au potentiel encyclopédique- se retrouvent devant les admins ou arbitres à intervalles réguliers, car sauf exceptions notables on sait très bien où cela mène: claquement de porte et/ou ban, frustrations, mise en place de camps, et perte sèche pour le projet. Autant bannir d'emblée à la première incartade, on s'économisera du temps et des octets. Qu'on pourrait utiliser du coup sur des articles (par exemple).

Sauf que le bannissement systématique et immédiat n'est pas vraiment dans les moeurs. Pas encore. Toute la difficulté d'un arbitrage tient donc à éviter que les mêmes causes ne produisent les mêmes effets, avec pour seuls outils des recommandations de bon sens et le bouton de blocage. Si en plus il faut peser chaque mot pour ne pas froisser les uns et les autres et se faire traiter de vendu partial (idéalement par les deux bords), vous conviendrez que ce n'est pas gagné.

Toutes suggestions simples et d'application universelle sont les bienvenues2.



1. Avec "vieille" > 1 semaine.
2. Et n'oubliez pas de vous présenter aux élections, juste pour confirmer.

vendredi 17 décembre 2010

Temple of the mind

Pour rebondir sur le dernier billet de Darkoneko, je mets ici en copie le deuxième email que j'ai reçu de Jimmy Wales1 cette semaine et dont le titre est, de manière un peu lyrique, Temple of the mind ("Temple de l'esprit"). La traduction en français faite par Zetud se trouve sur Meta, mais j'explique après pourquoi je garde ici la version anglaise:
Dear Popo,
I'm a volunteer.
I don't get paid a cent for my work at Wikipedia, and neither do our thousands of other volunteer authors and editors. When I founded Wikipedia, I could have made it into a for-profit company with advertising, but I decided to do something different.

Commerce is fine. Advertising is not evil. But it doesn't belong here. Not in Wikipedia.
To keep Wikipedia ad-free, we ask for donations every year on the site. We're sending you this email because we are scaling up our infrastructure this year, and we're simply not able to raise the whole budget from the banners alone.

We have an easy way to make an automatic monthly donation to Wikipedia, and we're looking for people who would like to become sustainers. (Of course you can make a one-time donation as well.)
Please make a monthly recurring gift of $25, $50, $75 -- or whatever you can:

Wikipedia is something special. It is like a library or a public park. It is like a temple for the mind. It is a place we can all go to think, to learn, to share our knowledge with others. It is a unique human project, the first of its kind in history. It is a humanitarian project to bring a free encyclopedia to every single person on the planet.

Every single person.

If all of Wikipedia's 400 million users would donate $1 each, we would have 20 times the amount of money we need. We're a small organization, and I've worked hard over the years to keep us lean and tight. We fulfill our mission, and leave waste to others.

To do this without resorting to advertising, we need you. It is you who keep this dream alive. It is you who have created Wikipedia. It is you who believe that a place of calm reflection and learning is worth having.

This year, please consider making a sustaining monthly donation of whatever amount you like to protect and sustain Wikipedia.

Thanks,
Jimmy Wales
Wikipedia Founder
P.S. -- If you can't commit to a recurring monthly donation, I hope you'll consider making another one time gift to help us reach our goal before the end of the year. Please make your donation today.
Ceux qui auront reçu la première mouture trouveront peut-être comme moi le ton légèrement plus implorant dans cette version.

Comme indiqué par gede dans son commentaire chez Darkoneko, la grande innovation -qui n'est pas présentée dans la version francophone que j'ai trouvée- c'est la possibilité de faire une donation mensuelle. Le système devient quand même sacrément sophistiqué, et ça devrait donner de bons résultats (en fait, c'est déjà le cas): on peut en effet penser qu'il est -paradoxalement- plus facile pour certaines personnes motivées de donner douze fois dix euros qu'une seule fois 100 euros.

La prochaine étape sera quoi qu'il en soit de personnaliser un peu tout ça, car si le message me renvoie correctement vers une page de donation suisse, le langage n'y est pas encore (question corollaire: à quoi servent alors ces traductions? aux bannières? Je l'ignore, j'ai supprimé celles sur mon ordinateur et ne sais comment les retrouver).

Sinon, je rappelle que le site cubain Ecured (qui, étonnamment, à édité l'article espagnol sur Wikipédia pour en enlever entre autres les sections sur son manque de fiabilité) manque elle aussi un peu de moyens:


1. J'aime bien recevoir des emails. La dernière fois qu'un Jimmy m'a écrit, il avait 8 ans et le cancer. Si je faisais suivre sa note à 30 de mes amis, il allait guérir pour sûr. J'espère qu'il va mieux.

mardi 14 décembre 2010

Vae Victis

Bon, j'aurais volontiers parlé de la version cubaine de Wikipédia -écrite en communiste™-, mais Moyg l'a déjà fait et leur site ne marche de toute façon pas.

Du coup, la remarque anodine du jour est que j'ai réalisé qu'à chaque candidature au statut d'administrateur, à nombre quasi-égal de votants et même avec un nombre substantiel de soutiens, on n'a au final qu'un ou deux pingouins pour venir sur sa page de discussion remonter le moral du non-élu.

A l'inverse, l'heureux impétrant se voit gratifier d'une dizaine de message de félicitations en moyenne. C'est assez brutal, comme distinction.

Comme dit l'autre, Wikipédia, ton univers impitoya-a-bleuh.

lundi 13 décembre 2010

La suspicion comme état d'esprit

Ne me demandez pas pourquoi mais ce matin, dans un de mes rares moments d'oisiveté, mon oeil a dérapé sur le bistro wikipédien, endroit fascinant où l'on trolle sans trop de conséquences (il me semble) et qui, en outre, permet désormais de lancer et commenter les effets de mode du moment.

Les effets de mode du microcosme wikipédien, on peut parfois les voir arriver. Il suffit qu'une personne aie une idée, s'y accroche et la répète suffisamment pour qu'à terme deux ou trois individus ayant plus de temps que de bon sens reprennent le choeur - on se retrouve alors au mieux avec une longue discussion qui ne sert qu'à brasser de l'air, au pire avec une Prise de Décision (ou tentative de) abracadabrantesque qui, selon la loi de l'abracadabrantisme, fera "Pschitt". En vérité je vous le dis, Wikipédia c'est distrayant, même sans les articles.

L'an dernier on nous parlait de l'accession au statut de bureaucrate pour tous les administrateurs, cette année on semble s'acheminer joyeusement vers l'opposé dans le domaine de la confiance, à savoir le contrôle préalable de l'existence des faux-nez pour tout candidat.

Pour rappel, on n'a eu qu'un cas avéré d'élu avec bourrage d'urnes par fôné: il s'agissait de Nezumidumousseau, élu en avril 2005 avec une trentaine de voix dont 8 faux-nez. Oui, en 2005 on pouvait être administrateur sur Wikipédia avec 2'000 contributions, et ça n'intéressait jamais qu'une grosse vingtaine de personnes. D'ailleurs on voit clairement dans le graphique ci-contre l'effet délétère sur la croissance du projet que peut avoir la présence d'un administrateur voyou: ça fait tout simplement froid dans le dos.

Bref. Plus sérieusement, et outre les obstacles techniques1, on érige ici et sans fondements la suspicion en mode de pensée. C'est un peu le dégré zéro de la politique interne, et on se demande qui a intérêt à faire qu'un groupe de volontaires et encyclopédistes amateurs considère comme venant de soit une telle mentalité.

C'est dommage.



In other news (et tout le monde s'en fout): j'ai eu confirmation de mon retour en Europe pour début janvier, ma participation reprendra donc -a priori- bientôt son cours normal.


1. En clair: le CU n'est pas fait pour ça, et en plus ça ne prouvera rien.

dimanche 5 décembre 2010

Demandeur d'asile

Tiens, une fois n'est pas coutume, je vais faire un peu de retape et reprendre des billets ici ou là, les croiser et vous sortir une info incroyable dont vous aurez déjà entendu parler, en fait.

Première chose: il y a quelques jours, David Monniaux nous rappelait que Citizendium, c'est la louze. Pas d'articles, pas de sous, pas de bras, pas de chocolat;

Levée de fonds, circa 2014 (thefrogman)
Et puis ce matin, Darkoneko indique que la levée de fonds wikimédienne de 2010, c'est la louze. C'est vrai qu'ils ont été franchement ambitieux pour le coup, à vouloir quasi-tripler leur objectif de 2009. Mettre la photo de Jimmy Wales aura été utile, mais ce n'est pas non plus un filon inépuisable (et je doute personnellement que cela marche aussi bien l'année prochaine et les suivantes: on s'habitue à tout).

Je me demande du coup si la discussion qui avait récemment eu lieu sur la Mailing-list de la Fondation en novembre et visant à héberger Citizendium sur les serveurs Wiki (de manière à assurer un minimum de diversité) est toujours d'actualité.

La bonne nouvelle, en parcourant Charity Navigator, un site (à but non lucratif?) qui évalue l'efficacité des ONG en fonction des dépenses liées à la réalisation des objectifs, c'est qu'on a une sacrée marge de manoeuvre. Si la Fondation Wikimédia obtient au final 3 étoiles sur 4, c'est essentiellement par sa capacité à faire croître ses revenus de manière exponentielle, pas parce que sa gestion du fundraising est super efficace: à quasi 20% du budget, je trouve que ça fait beaucoup, surtout que je n'ai jamais entendu parler que des bannières sur le site, qui a priori ne coûtent rien.

Rassurons nous, il n'y aura pas de problèmes de tréso: en 2009, la Fondation a apparemment dépensé 3 millions de moins qu'elle n'en a gagnés. L'idée des 16 millions, à ce que j'en comprends, c'était justement de s'affranchir des levées de fonds en vivant des intérêts.

Mais sachant que les Chapitres nationaux gardent 50% des recettes de la collecte effectués chez eux (j'ignore d'ailleurs si les évaluations actuelles prennent en compte ces dons indirects, ou s'ils seront intégrés en fin de campagne), je me demande combien de temps il reste avant que le QG décide de réduire leurs marges.

jeudi 25 novembre 2010

« Faudra pas se plaindre si le futur de l'avenir ne tient pas ses promesses »

Je passe un week-end prolongé chez un vieux copain que j'aime bien mais que je vois rarement1. Sur ces trois jours où on rattrape le temps perdu, j'évoque forcément Wikimedia parmi mes domaines d'activités de loisirs. Cela me donne l'occasion de sonder ses connaissances sur ce sujet. Sans surprise, il me dit qu'il connait Wikipédia, qu'il utilise assez souvent les articles (plutôt en anglais) pour son boulot mais qu'il ne prend pas cela pour autant pour parole d'évangile.
Fichtre, c'est quasiment le max de ce que j'attendais2, je suis impressionné. Tout s'écroule quand je lui dis que je contribue modestement et quand il me demande « Mais pour changer une page, tu fais comment ? ». Puis après un léger silence de ma part, il ajoute : « Tu envoies un mail ? ». Un peu décontenancé, je lui dis « Tu n'as jamais vu qu'il existe un bouton "modifier" en haut de la page ? ». La réponse est bien évidemment négative. Cela montre3 qu'on peut être plutôt au fait de Wikipédia et ne pas connaître certains éléments qui me paraissent super basiques4.

C'est la période des dons et j'avoue être plus ému que je ne le pensais par le journal des dons à Wikimédia France car je ne m'attendais pas à ce qu'autant de personnes laissent des commentaires positifs de ce style, très éloignés de ce qu'on lit généralement dans les médias français. Je sais bien qu'on n'a pas les messages des gens qui détestent Wikipédia, mais je n'imaginais pas un tel soutien populaire.

Je reconnais que pour moi (et je ne suis pas le seul) donner à Wikimedia5, c'est aussi permettre de pérenniser une certaine vision du web. Je fais partie de ceux qui ne soutiendront plus le projet si de la publicité apparaît sur un site faisant partie de la Wikimedia Foundation.

J'ai néanmoins un souci de taille avec l'importance que prend Wikipédia (pas tellement les autres projets frères). Autant je reconnais l'importance d'avoir une encyclopédie neutre, libre et gratuite en ligne, autant j'ai du mal à envisager un futur où Wikipédia est devenue tellement grosse qu'elle a phagocyté tout le reste. Une encyclopédie, OK mais l'unique référence en ligne, non. Je m'y oppose pour des raisons éthiques et aussi pratiques (si Wikipédia est la référence, où ira-t-elle sourcer ses informations ?). Mais déjà j'ai l'impression que, à part pour les connaissances très spécialisées, le web est plus pauvre qu'auparavant en termes de diversité3 car beaucoup de gens (moi le premier) linkent directement Wikipédia et, du côté créateur, à quoi bon rassembler des connaissances puisque Wikipédia est là ?

On est encore loin de cette situation mais Internet sans Wikipédia me paraît aussi néfaste qu'une hégémonie wikipédienne.

Le titre est une citation d'une chanson de La Blanche, qui, en plus de bien chanter, rédige des newsletters et billets d'humeur assez savoureux.

1. Je passe les détails inintéressants mais cela explique qu'on se parle relativement peu souvent.
2. Je sais que, dans un monde parfait, il aurait rédigé des psaumes en hébreu sur wikisource, ajouté 58 photos de l'église de Darnétal et m'aurait sorti les différences formelles entre wikibooks et wikiversity. Mais je n'en demande pas tant.
3. Néanmoins « Plural of anecdotes is not data» (wink à Darkoneko), ne l'oublions pas.
4. Quand on a ce niveau de connaissances de base.
5. En ce qui me concerne c'est via le chapter suisse (et son gentil trésorier au patronyme qui comprend autant de syllabes qu'il n'y a de cantons suisses)

lundi 22 novembre 2010

Il faut bien manger

Il semble que Jimmy Wales, dictateur éclairé de Wikipédia, ait un jumeau diabolique: tourné vers la gauche, il vous demande des sous pour le projet. Si son regard porte à droite, c'est plutôt sur l'avenir de l'industrie horlogère hélvète qu'il souhaite attirer votre attention:


Je n'ai pas vraiment d'opinion - je suis en vacances, ma seule opinion c'est que ce soir j'ai envie de manger du bacalhau - mais en pleine levée de fond et même si l'argent ira probablement à la Fondation, j'aurais tendance à trouver cela maladroit.

D'un autre côté, toute publicité est bonne à prendre (et l'argent n'a pas d'odeur).


UPDATE: Ah ben ça c'est pas banal. Au moment même où j'écris ces lignes, je reçois un email dudit Jimmy me demandant de remettre 50$ dans la cagnotte (j'ai déjà donné dans le passé, je confesse, et j'ai laissé mon adresse mail). On sort la grosse artillerie de la levée de fonds à l'américaine - rien de très original là-bas, mais j'aurais tendance à penser qu'en Europe ça risque d'être interprété de manière un peu agressive.

mardi 16 novembre 2010

Un raccourci vers Wikipédia

Qui d'entre vous n'a jamais été embêté, au moment d'écrire un lien vers un article de Wikipédia, par la taille de l'URL, en particulier par cette particule "wiki" qui semble inutile ? Si c'est embêtant dans un blog, et encore plus sur IRC ou un chat, c'est un problème rédhibitoire sur Twitter (ou alors, il faut passer par un raccourcisseur d'URLs, mais on ne comprend plus rien à l'adresse).

N'ayez plus peur: grâce à Wikimédia CH (qui subventionne le domaine et les frais), et Manuel Schneider (qui s'est occupé de la partie technique), vous pouvez maintenant faire des liens vers les articles de Wikipédia en français de la forme


Essayez-le, utilisez-le, dites-nous si vous voyez des bugs ou avez des suggestions (par exemple en commentaire de ce billet), et nous espérons que ça vous sera utile ! (ça existe aussi depuis longtemps en anglais, si vous avez aussi des liens à faire vers en.wikipedia.org)

T'as d'beaux yeux tu sais

Via Information is Beautiful: vous pourrez inventer les slogans les plus sympas du monde, mais rien ne vaut un contact humain. Ce contact, en l'état, c'est Jimmy Wales, mais ça pourrait probablement être n'importe qui:


Et c'est pareil dans toutes les langues dans lesquelles le message est passé. Apparemment, c'est psychologie 101: j'avais déjà lu une histoire similaire au cours de laquelle les gens laissaient plus d'argent pour du café en libre service quand le propriétaire avait collé une paire d'yeux à côté du pot.

jeudi 11 novembre 2010

tl;dr

Bon bon bon, je viens de lire le dernier billet de l'ami Pierrot et je me dis qu'en fait je suis un grand incompris ou, à peine mieux, qu'il est malcomprenant. Au final c'est la même chose: je ne sais pas expliquer ce que j'ai en tête quand je parle de Wikipédia, et c'est mal (en tout cas pour un blogueur dont c'est le fond de commerce). En jeu apparemment, pour ceux qui n'ont pas suivi ou qui se sont endormis la dernière fois, la question de savoir ce à quoi doit ressembler un Article de Qualité sur ce projet1. Rien moins2.

Or doncques, je ressplique.

La première question, au XXe siècle, aurait été de se demander ce qu'est un bon article avant même de commencer à en rédiger un. Est-ce qu'un bon article fait le tour du sujet, ou est-ce qu'il le creuse? Ou les deux3?

La deuxième question, au XXe siècle, serait de savoir qui va rédiger notre bon article, et pour quel public? Dans un monde aux ressources matérielles limitées, quand on a cent ou mille pages disponibles il faut faire des choix et fixer quelques priorités - dès lors, et c'est heureux, Jésus prendra plus de place sur Britannica que ne le mériteront jamais les Beatles. Mais on parlera des Beatles, parce qu'on s'adresse a priori à un public de classes moyennes.

La conclusion, à ce stade, c'est qu'un bon article est celui qui nous en donne pour notre argent (de l'acheteur et du vendeur).

Au XXIe siècle wikipédien, fi de tout cela: les octets sont quasi-gratuits à stocker, pas chers à accéder, et une armée de bénévoles s'entre-corrigent et construisent sur la prose d'autres pour le plaisir4. On abandonne donc le principe de rendement pour celui de la finalité. Qui va lire tout ça? La réponse - et l'objectif - c'est tout le monde.

L'idée, donc, n'est pas de tirer à boulets rouges sur les AdQ ou de les entraîner vers le bas, mais plutôt de faire de bons articles sur des sujets importants, qui satisfassent les élites tout en restant accessibles aux masses ignorantes. Passons sur les élites - elles peuvent tout lire, l'ont lu, et d'ailleurs pensent que WP c'est très bien mais plein de fautes. Les masses ignorantes -j'en fais partie- n'ont au contraire pas lu grand chose, essentiellement parce qu'à l'heure actuelle il y a trop de choses à lire, entendre, regarder et tant d'autres à faire (travailler, jouer, donner du temps de cerveau à TF1; et puisqu'on est sur internet il faut aussi penser à écrire des mails, touitter, mettre à jour son statut facebook, voir des trucs idiots sur Youtube ou Powerpoint, etc.). Nos clients, c'est elles.

Au final, même si on a fait l'effort de chercher un article et qu'on commence à le lire, la concurrence est telle que le risque et réel que j'aille voir ailleurs si j'y suis avant d'avoir atteint la fin: tl;dr, c'est l'acronyme anglais de too long; didn't read - trop long, je n'ai pas lu. Avancée de la connaissance 0,2 - Société du divertissement 1.

Le temps est donc la dernière ressource qui ait une valeur (on est d'ailleurs rarement payé à la tâche, mais à l'heure ou au mois): celle qui va déterminer notre rapport qualité-prix.

Passé ce cap de la réflexion, on a déjà fini: un bon article, à ce niveau, n'est pas exhaustif; un bon article me permet de faire de tour du sujet dans une unité de temps raisonnable (5? 10 minutes?). Si je veux être exhaustif, la joie de l'internet - ou plutôt de l'hyperlien - me permet de littéralement creuser le sujet. Tiens, d'ailleurs Wikipédia y a déjà pensé, et utilise le modèle {{loupe}}:


L'idée est donc de généraliser cet usage pour chaque thématique. On objectera que cela risque de créer des divergences de contenu difficiles à gérer - je répondrais qu'on gère relativement bien un million d'articles et que, au final, tous les articles n'ont pas vocation à être ainsi saucissonnés: juste les gros. Rapporté au tout, on aura bien moins de sous-articles qu'on a de sous-catégories qui pour le coup, elles, paraissent hors de contrôle dans leur foisonnement sans que cela fasse tiquer personne.

Nous sommes tous la masse ignorante de quelqu'un d'autre. Ecrire un article qu'on n'aura pas le temps de lire, c'est intuitivement répondre à la question de savoir quelle taille est trop longue.


1. Je ne suis pas complètement certain d'assumer ce jeu de mot que je place donc en note de bas de page: est-ce que c'est bon parce que c'est long?
2. En fait je voulais surtout dans le billet que commente Pierrot parler d'Afrique, de francophonie, et de pragmatisme. Le pont sur les AdQ c'était juste histoire de mettre du Wikipédia dedans. Mais bon c'est pas grave, les AdQ c'est intéressant aussi.
3. Auquel cas l'article part en vrille?
4. Parce que ceux qui font ça pour rétablir la Vérité, parce qu'ils ont une Mission, ou je ne sais quoi de trop sérieux ont tendance à ne pas durer.

mardi 9 novembre 2010

Français facile

Radio-France Internationale, RFI pour les intimes, est une plutôt bonne radio. Bon, la réception est parfois erratique et un ou deux animateurs n'ont visiblement jamais foutu les pieds dans les pays de la francophonie auxquels ils s'adressent, mais dans l'ensemble quand on écoute RFI on apprend toujours quelque chose (ce sentiment est bien moins évident par exemple avec Radio Nostalgie, qui possède une succursale à Dakar).

J'ai donc appris récemment qu'il existait une chose qui s'appelle le "français facile". Ca a fait tilt quand j'ai entendu la présentatrice annoncer "le journal du soir en français facile", parce que sur Wikipédia existe un objet wiki non-identifié qui s'appelle  simple. Oui, mesdames et messieurs, Wikipédia a aussi son français facile, sauf que c'est de l'anglais facile.

J'avoue ne pas trop pouvoir dire en quoi le journal ff est plus simple. C'est en français et ça parle des mêmes nouvelles qu'on entend le reste de la journée. Les phrases sont peut-être plus courtes, mais le vocabulaire ne m'a jamais donné l'impression qu'on parlait à des sauvages arriérés1 - c'est d'ailleurs probablement à ça qu'on voit que c'est bien fait. Le français facile, dès lors, me paraît un outil malin de la francophonie: le français dans la région n'est pas un souvenir encombrant pour des masses illéttrées qui ont bien d'autres soucis en tête, il est l'outil essentiel qui permet de se tenir informé de manière honnête à Kaolack ou Bandiagara2 alors que là-bas, en journée, on aurait plutôt tendance à converser en wolof ou pulaar.

Bref. Du coup je suis allé voir sur simple comment tout ça se goupillait: il faut bien admettre que la communauté locale est plutôt active, avec un nombre honnête d'articles parlant un peu de tout et de rien. J'ai du coup poussé le vice la curiosité en direction des articles de qualité, qui d'ailleurs là-bas ont le label beaucoup moins pédant de "very good" (très bons): ils sont effectivement rédigés de manière simple. Mais la surprise sera venue quand j'aurai voulu les comparer à la version anglophone standard (ex: Ouragan de 1910 à Cuba: simple / en): ils sont souvent de la même longueur et d'une formulation similaire! Conclusion: comparés au proto-thèses de doctorat imbuvables qui semblent être devenues la norme sur :fr, un article de qualité anglophone est avant tout un article qui fait le tour du sujet de manière concise.

Et c'est là qu'arrive l'Épiphanie (ce qui, la période de la Toussaint étant à peine passée, est plutôt fort): un article de qualité n'a pas besoin d'en mettre plein la vue aux cinq pingouins qui "votent" sur sa prétendue "qualité" (celle-ci étant généralement proportionnelle à sa longueur et son insipidité). Un article de qualité permet de s'informer de manière honnête sur un sujet donné. Je suis prêt à parier mon poids en thiéboudiène que les articles de qualité francophones n'informent au final pas grand-monde parce que le lecteur lambda est plongé dans un coma d'ennui irréversible et ne réussit pas à en finir la lecture.

Je doute que cette réflexion déclenche une quelconque révolution copernicienne où l'on brûlerait les labels et ceux qui se lamentent qu'on n'ait que x BA et y AdQ (m'est avis même que les relecteurs/votants cités plus haut me rayeront de la liste des personnes avec qui cela vaut la peine de discuter). Il est toutefois toujours pertinent de se souvenir que Wikipédia a plein de contributeurs, certes, mais qu'il serait bon de garder à l'esprit, à l'image de simple et RFI, que beaucoup plus de gens ne resteront que des lecteurs.




1. Pour l'anecdote, j'ai par ailleurs l'impression que l'éventail du vocabulaire utilisé est beaucoup plus large au Sénégal (et, du peu que j'en ai vu, également dans le reste de l'AOF/AEF)  qu'il ne l'est en Suisse romande. Par contre ces snobs ne connaissent ni n'admettent l'usage des septante et nonante. Barbares.
2. Même si d'après Reporters sans Frontières la presse malienne est par exemple considérée plus indépendante que sa consoeur de France (26e rang c/ 44), la couverture internationale y est relativement faible.

jeudi 4 novembre 2010

Qui suis-je?

Je suis réconcilié avec les catégories: si vous en mettez assez dans l'article, plus besoin de lire celui-ci! En tout cas pour les biographies, on a vraiment l'impression que (presque) tout est dit dans les petites notes de bas de page.

Exemple:

Si je vous dit
Naissance dans l'Empire russe | Naissance en 1878 | Décès en 1953 | Ancien bolchevik | Personne déportée sous le régime tsariste | Personnalité politique d'URSS | Personnalité de la révolution russe | Membre du premier Conseil des commissaires du peuple | Personnalité politique géorgienne | Chef d'État ou de gouvernement de la Seconde Guerre mondiale | Maréchal de l'Union soviétique | Essayiste ou théoricien marxiste | Participant au 1er congrès du Komintern
Ou
Nom de convenance | Ancien élève de l'Institut d'études politiques de Paris | Ancien étudiant de l'université Paris X | Avocat français | Personnalité de l'Union des démocrates pour la République | Personnalité du Rassemblement pour la République | Personnalité de l'Union pour un mouvement populaire | Réseaux Pasqua | Ancien maire des Hauts-de-Seine | Ancien conseiller général des Hauts-de-Seine | Ancien conseiller régional d'Île-de-France | Ancien président de conseil général | Ancien député de la Cinquième République | Ancien député des Hauts-de-Seine | Député européen de la délégation française 1999-2004 | Ministre français du Budget | Porte-parole du gouvernement français | Ministre français de la Communication | Ministre français de l'Intérieur | Ministre français des Finances | Ministre français de l'Aménagement du territoire | Président de la République française | Grand-croix de l'ordre national du Mérite | Grand-croix de la Légion d'honneur | Naissance en 1955 | Naissance dans le 17e arrondissement de Paris | Personnalité liée à Neuilly-sur-Seine

A qui pensez-vous?

Attention, un plus dur:

Philosophe français | Agrégé de philosophie | Philosophe du XXe siècle | Philosophe agnostique | Philosophe politique | Sociologue français | Marxologue | Enseignant à l'Institut d'études politiques de Paris | Professeur à la Sorbonne | Chercheur en relations internationales | Personnalité du Rassemblement du peuple français | Journaliste du Figaro | Anticommunisme | Naissance en 1905 | Naissance à Paris | Décès en 1983 | Ancien élève de l'École normale supérieure (rue d'Ulm) | Ancien élève du lycée Condorcet | Académie des sciences morales et politiques | Professeur au Collège de France | Éditorialiste français | Personnalité de la France libre | Personnalité libérale française

En fait il faudrait juste les réarranger pour que ça soit listé de manière un peu chronologique, mais ça pourrait totalement le faire.

mercredi 3 novembre 2010

On ne prête qu'aux riches

Il y a, à mon humble avis, seulement deux raisons pour qu'un Wikipédien traîne sur les demandes d'acquisition de botflag (qui permettent à un bot de passer incognito dans la liste des modifications récentes): 1. On comprend quelque chose aux bots ou 2. on est bureaucrate. L'un dans l'autre, ça ne fait pas plus de 4-5 personnes par groupe, et encore les bubus ne viennent que un à la fois, pour acter.

Vous l'aurez compris, la page WP:Bot/Statut est à peine moins calme que Vesoul un dimanche de Toussaint. Mais on ne va pas s'en plaindre, vu que pour une fois ceux qui s'expriment on l'air de savoir de quoi ils parlent (en tout cas on l'espère).

Puis à l'occasion vient un candidat connu - au hasard quelqu'un qui soit déjà admin ou dresseur confirmé, ça aide. Et c'est carrément la ruée, on a parfois même jusqu'à dix votants. La foule, bien cachée jusque là, est en délire!

Et là je me dis que même dans le mondre très policé de ceux qui améliorent l'encyclopédie à coup de code, on n'échappe pas à une réalité très wikipédienne: pour obtenir ce qu'on demande, il vaut quand même mieux être un somebody plutôt qu'un nobody.

jeudi 21 octobre 2010

Le Nègre, il t'emmerde

Je contemple avec attention la polémique qui enfle, de ce côté-ci du Sahara en tout cas, autour de la dernière sortie de Jean-Paul Guerlain, qui admet avoir travaillé sur son dernier parfum "comme un nègre". Et d'ajouter qu' "[Il] ne sait pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin..."

Belle levée de bouclier en perspective, et d'ailleurs ça chauffe -un peu- sur l'article consacré au parfumeur français.

Le tableau ci-dessous montre la fréquentation de l'article Guerlain ces derniers jours:

Et celui qui suit concerne Patrick Bruel, qui a visiblement commis une déclaration le 6 septembre dernier dont personne ne se souvient probablement à l'heure actuelle:

Première constatation, une journée quelconque pour Patrick, c'est la meilleurs fréquentation que peut espérer Jean-Paul. On n'est pas égaux devant la curiosité populaire.

La deuxième constatation, malheureusement, c'est que les nègres sont assez peu connectés, et que les toubabs n'ont rien à foutre de ce genre de dérapage ordinaire (situation très justement résumée par Audrey Pulvar sur son blog).

La réflexion corollaire qu'on peut en tirer, en pensant que pas mal de connexions viennent probablement des DOM-TOM français, c'est que les Africains francophones n'ont pas encore le réflexe Wikipédia (parce que croyez-moi, on en a parlé dans la presse et les discussions au coin café). J'ai commencé à m'en rendre compte en allant regarder les stats de fréquentation autour des indépendances et autres "Fête nat."


De haut en bas et de gauche à droite, les taux de fréquentation des articles sur le Mali, le Sénégal, le Gabon et la France (Prise de la Bastille) lors des mois durant lesquels se trouvent leurs fêtes nationales respectives (22 septembre, 4 avril, 17 août et 14 juillet).

Comme on le voit, c'est pas la grosse affluence. En chiffres bruts, l'anniversaire de la réunification allemande a même attiré plus de gens sur l'article en français qu'il n'y en a eu pour ces cinquantenaires des indépendances. C'est quand même fou. Surtout si l'on se dit que le trafic vers le Mali et le Sénégal ont peut-être été artificiellement gonflés par des mentions dans les journaux français (j'ai souvenir d'avoir vu des papiers dans le Monde), alors que l'anniversaire du Gabon, pilier indefectible de la Françafrique, est passé relativement incognito.

Bref. On a encore de la marge en termes de trafic.

La bonne nouvelle, parce qu'il faut toujours voir le verre à moitié plein, c'est que les vandalismes sur les pages afférentes restent largement sous contrôle, que ce soit pour la page Guerlain ou pour ces divers pays qui ont des élections à venir dans les prochains jours. C'est le cas par exemple de la Guinée (élections le 24 octobre), le Niger (référendum le 31), la Côte d'Ivoire (élections le 31).

Mais si vous êtes des contributeurs réguliers, ça ne coûte rien de les ajouter à votre suivi (ainsi que celles de quelques candidats, notamment Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé en Guinée et Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire). On ne sait jamais.

Quant au titre de ce billet, il est d'Aimé Césaire.

mercredi 13 octobre 2010

Coulisses

Autant joindre le geste à la parole. Puisque je parlais dans le dernier billet des options par défaut offertes aux admins en matière de blocage, et qu'une image vaut mille mots, autant tout montrer et démystifier un peu ces boutons qui n'ont rien de magique. En fait à mon avis c'est même plutôt le contraire: ça manque de panache et de symboles cabalistiques (des fois que le compte soit piraté et qu'un non-initié veuille jouer).

Roulements de tambour, voici donc un aperçu gratuit dans les coulisses de ceux qui peuvent sur Wikipédia.

Tout d'abord la page de blocage, déjà mentionnée (et montrée dans les commentaires) précédemment. On ne le voit pas ici, mais les menus déroulant offrent plusieurs durées et motifs prédéfinis (2h, 1 jour, etc.; Compte créé pour vandaliser, Abus de faux-nez, re-etc.):


Vient ensuite bien évidemment celle des suppressions, basée sur le même principe: on vous mâche le boulot (ou ce sont toujours les mêmes motifs qui reviennent, au choix).
Une photo d'écran de celle de restauration est ici: on coche les versions à restaurer, et voilà! La procédure est d'ailleurs plus ou moins la même pour les masquages (sauf que la finalité est inverse).

En ce qui concerne les bureaucrates, l'adoubement se fait simplement comme ceci:

La page de renommage des comptes ressemble peu ou prou à celle de renommage d'un article (et à laquelle presque tout le monde a accès).

Enfin, pour les Check Users, c'est aussi assez basique: on rentre un nom d'utilisateur (ou une IP), et en retour on obtient ceci:



Et n'oubliez pas, la plupart de ces actions sont consignées dans des journaux. Ceux-ci (sauf CU et masquages) sont accessibles à tous.

Un grand merci à DocteurCosmos et Gribeco pour les captures d'écran.

vendredi 8 octobre 2010

Il n'y a pas d'évidences

La meilleure leçon que j'aie jamais reçue de toute ma formation scientifique se résume à une phrase: "Ce n'est pas parce que c'est écrit dans Cell que c'est vrai." Moi qui me voyait déjà porté par une foule en délire pour avoir fait chuter un prix Nobel, je découvrais que quand on fait de la recherche, se Planter est Noble (et Ne Pas Faire d'Erreur est Suspicieux). Cette vérité assenée, mon Chef de l'époque est retourné draguer la stagiaire du labo. J'avais vingt-cinq ans1.

La morale de cette histoire, bien sûr, c'est que les hommes de 40 ans sont des satyres que j'étais un peu con que les évidences ne le sont qu'après avoir été expliquées.

Je repensais à cette anecdote (et à mon chef) suite à deux évènements totalement distincts et, pourtant, tous deux liés à des requêtes en arbitrage récentes.

Premier évènement: l'un de mes collègues arbitres qui me signale qu'il ignorait que parmi les options de blocage se trouvait celle permettant d'empêcher l'envoi d'emails. C'est normal, il n'est pas admin, alors que pour bibi, qui l'a été, c'était la solution évidente (même si minimale et imparfaite) au dernier rebondissement de l'affaire Rogel. Du coup sachez-le, lecteurs non-admins, que sur la page de blocage se trouvent toute une série de cases à cocher pour faciliter la vie des censeurs, à savoir si je me souviens bien (i) bloquer aussi la dernière IP utilisée par ce compte; (ii) envoi de courriel interdit; et (iii) ne peut modifier sa propre page de discussion. S'y ajoutent deux menus déroulants comportant une liste de motifs courants et de durées standards (2h, 1 jour, 3 jours, etc.)2.

C'est pour cela qu'on retrouve un peu toujours les même choses dans le journal des blocages sur Wikipédia (et pas parce que tous les admins sont les multiples faux-nez d'un unique censeur sans imagination). C'est évident quand on le sait.

Deuxième point (et deuxième arbitrage): Lucianusbeneditus c/ Meodudlye. En gros, le crime de LB est d'avoir insisté sur la mention d'un article paru dans une revue à Comité de lecture, celui de Meo d'avoir enlevé ça sans avoir expliqué proprement qu'une publication toute seule, en Sciences, c'est totalement anecdotique.

Sauf que ce dernier point, là aussi, n'est une évidence que pour ceux qui ont une formation scientifique. Je le sais parce que j'ai déjà été confronté à des profs imbus de leur doctorat qui m'ont asséné que la recherche médicale était un énorme gaspillage, qu'avec avec tant d'équipes travaillant sur le même sujet il n'y avait qu'à se répartir le travail et on avancerait tout aussi vite en laissant des sous pour les autres départements3.

Tsss.

Bref, du coup je comprends bien la réaction de tout le monde - même David Berardan, qui joue la bonne âme didactique, donne une explication un peu agacée. Mais il explique.

La morale de l'histoire, donc, c'est que rien n'est évident. Et que ça coûte trois ligne d'expliquer quelque chose, mais quatre pages de se justifier de ne pas l'avoir fait.
Basé sur une idée de David Ng.


1. Et je sortais avec la technicienne. \o/
2. Il y a aussi le Gros Bouton marqué "X", mais j'ai pas osé toucher. Naan, je dis ça juste pour garder un peu de mystère.
3. Véridique. Et je confirme que ce n'est pas comme cela que ça marche.

mercredi 6 octobre 2010

Vous êtes ici

L'excellent Randall Munroe, auteur d'XKCD, a mis à jour sa carte des communautés en ligne en se basant sur la taille du trafic, de la participation, et une bonne dose de doigt mouillé. La carte est grande, elle est détaillée, pleine de sites dont je n'avais jamais entendu parler, et plus pleine encore de bonnes références bien geek (en anglais).

Si vous y regardez de près, au niveau de la "Baie des Trolls", vous y trouverez une toute petite île:


Elle s'appelle "Pages de discussion de Wikipédia."

L'entier de la carte se trouve ici.

lundi 4 octobre 2010

Votre avis est important

Non, en fait je plaisante, c'est surtout vos sous qui nous intéressent. Mais si vous avez plus de temps que d'argent sous la main, vous pouvez toujours aller jeter un oeil à cette page Méta et décider du format des prochaines demandes d'aumône pour financer Wikipédia (et le train de vie des bureaucrates).

Il y a une cinquantaine de propositions en course, et une autre cinquantaine d'ores et déjà rejetées. Certaines sont osées (comme la numéro 46 ci-dessous), mais avec les 3-4 votes qui semblent suffisant pour décider de l'acceptation ou pas d'un bandeau, on pourrait s'amuser.
Ca marche aussi avec BHL.

lundi 27 septembre 2010

Suivisme

Je ne me lasse décidément pas des statistiques qui n'en sont pas. Je jouais l'autre jour avec cet outil qui permet de savoir combien de personnes ont inclu une page lambda de l'espace wikipédien dans leur liste de suivi. Le jeu est simple, puisqu'il consiste à taper le nom d'une page au hasard et de voir au final si les Beatles sont finalement plus populaires que Jésus-Christ (ils ne le sont pas, mais de peu), si Genève est plus suivie que Zurich (elle l'est), si la bière est plus suivie que le vin (oui).

Outre le fait qu'on puisse comparer presque n'importe qui à presque n'importe quoi, je me dis qu'incorporer un article à sa liste de suivi est un geste qui n'est jamais totalement anodin (sauf peut-être pour les articles qu'on a créés soi-même et pour lesquels c'est automatique). Est-ce un reflet de sa proximité par rapport au sujet ou bien, en tant que Wikipédien, un réflexe vis-à-vis d'un article qu'on sens plus chahuté que la moyenne et sur lequel il est bon de garder un oeil?

C'est peut-être un mélange des deux mais, l'un dans l'autre, nous sommes rarement seuls dans nos choix.

jeudi 23 septembre 2010

Sans opinion

Contrairement à d'autres blogs de qualité, l'auteur de ces lignes n'aura rien à dire sur le millionième article wikipédien.

Il n'a de toute façon pas fini de lire la majeure partie des autres.

mercredi 22 septembre 2010

Plus forts que CNN

Vous n'êtes pas sans l'ignorer, depuis ce matin le Conseil fédéral suisse est constitué d'une majorité de Conseillères (une version inédite de la formule magique dont personne ne connaît de toute façon la recette). La socialiste Simonetta Sommaruga a été élue ce matin au 4e tour pour succéder à Moritz Leuenberger. Félicitations à elle.

Ce qui est rigolo (et plus intéressant pour ce qui concerne Wikipédia), c'est que l'info aura été publiée à 10h19 (Heure de Berne) sur le projet
...et à 10h20 sur le site du quotidien de référence romand Le Temps

...voire 10h21 sur celui de l'Agence télégraphique suisse (ATS)


Pendant ce temps, sur Wikinews, vers 11h15:

(à leur décharge, CNN n'a toujours rien dit non plus)

Update: on dirait en fait que la nouvelle était sur Wikinews 1h avant que l'élection n'ait lieu (ça indique 9h CET chez moi). Ce n'est plus de la réactivité, mais de la prémonition!

dimanche 19 septembre 2010

The expendables

Hop c'est parti, les élections pour le douzième Comité d'arbitrage wikipédien (nouvelle formule™) sont lancées à partir de ce lundi. La plupart d'entre nous n'aurons jamais vraiment affaire au CAr lors de leur passage sur le projet (c'est normal et c'est tant mieux!) mais il n'empêche, qu'on l'aime ou pas c'est un élément important de la vie wikipédienne. J'en veux pour preuve qu'une douzaine de demandes impliquant environ 25 individus ont encore été déposées ces 6 derniers mois, et que si un arbitrage ne concerne a priori que deux arbitrés (ou trois, rarement plus) et cinq arbitres, on a en moyenne 40 à 50 personnes pour suivre ce qui s'y dit en mettant la page en suivi (plutôt que d'attendre benoîtement l'annonce de la décision).

Bref, dix places pour dix candidats, tous avec une certaine expérience du bouzin: sachant qu'il nous faut cinq (5) arbitres en théorie pour faire tourner la machine on aura, même avec sept ou huit élus seulement, de la marge pour fonctionner et essayer de changer ce qui ne marche pas1.

Je passe rapidement sur les profils: 5 admins et 5 pas admins, tous avec au moins un an d'activité. Si l'on regarde le rythme de contributions sur les douze derniers mois -en tout cas pour ceux dont l'editcount est accessible-, on a cela:


Ce qu'il faut regarder n'est pas tant au niveau du nombre absolu de contributions (tout le monde peut jouer avec LiveRC ou les catégorisations à la chaîne si ça lui chante), mais bien la stabilité du rythme. Premier constat, donc: on a ici une belle brochette de drogués qui viennent pour leur dose régulière.

L'important aussi dans ces histogrammes n'est pas tant ce qu'ils nous disent du passé de ces contributeurs que ce qu'on pourra en retenir pour l'avenir. L'avenir c'est dans six mois, et si tout va bien une moitié de tous ces gens ne se représentera pas. A vrai dire si tout va mal une moitié ne se représentera pas non plus: j'ai été accroché par Chaps the idol sur le fait que j'avais contribué à son éviction du CAr pour cause d'inactivité, lui-même étant assez dépité du manque de réactivité de ses collègues dans l'arbitrage sur lequel il était impliqué. Et il a bien raison: si l'on regarde son taux de contributions avant l'élection de mars on a ça:

qui ressemble plus ou moins à ce qu'on a au-dessus, mais quand on va voir ce qu'il se passe après l'élection, on tombe sur cela:

Effectivement, grosse fatigue.

Le challenge qui attend les élus est donc de trouver en interne une méthode pour éviter que ce genre de situation de découragement ne se reproduise trop souvent.



1. J'en suis désormais convaincu: le problème ce ne sont pas les arbitres, mais ce qu'on s'est mis à attendre d'eux.

jeudi 16 septembre 2010

Les vieux anars font la loi

Une source pas du tout anonyme1 est venue me trouver avec une remarque intéressante concernant la prise de décision sur l'interdiction / la limitation / l'imposition du terme états-unien, et j'en ai profité pour rédiger un petit billet à diffusion différée avant mon départ pour quelque aventure africaine (je vais photographier l'aéroport de Ouaga, s'il existe). Je suis sensible à l'argument qu'on ne vote pas sur des questions éditoriales, mais ayant comme seul exemple d'états-unien les diatribes d'Ignacio Ramonet j'ai voté pour la proposition, me berçant d'illusions quant au fait que la formulation "lorsqu'il est possible d'utiliser le terme « américain » à leur place" empêchera quiconque d'aller désormais essayer d'imposer ce dernier de manière systématique.

Bref, la proposition est passée et il se trouve, pour changer, que je suis dans la majorité mais que, pour changer, je me demande si ce n'est pas une erreur.

Beaucoup plus intéressant que mes errements existentiels, c'est le petit tableau ci-dessous qui regroupe les votes par année de création des comptes s'étant exprimés:



Résultats
AnnéePour/ContreParticipants
Tous55.83%219
201080%5
200968.75%18
200861.54%28
200747.37%41
200657.45%48
200556.25%53
200450%20
200333.33%3
200233.33%3

Première remarque: on s'aperçoit que plus on remonte dans les années d'ancienneté, moins on est succeptible d'avoir envie de réglementer le contenu. C'est probablement contre-intuitif pour certains, mais cela ne me surprend pas: avec le temps, on s'aperçoit que les règles sur Wikipédia ne fonctionnent que pour ceux qui les édictent - le système semble la plupart du temps suivre son propre cours, parfois en dépit de tout bon sens (au moins en apparence).

L'autre remarque qu'on pourra faire, et qui me surprend à peine plus, c'est que cette décision aura été en fin de compte prise par des personnes ayant créé leur compte il y a entre trois et cinq ans (2005 à 2007, 140 votants sur 220), ce qui est somme toute assez ancien. Une explication que j'aurais (outre l'inéluctable disparition des nouveaux contributeurs), c'est que ceux qui sont plus vieux sont partis (et étaient moins nombreux à la base), et que les plus jeunes ne sont pas encore intéressés à la politique interne wikipédienne, qui n'a que peu ou pas d'influence sur le contenu.


1. Que nous protégerons quand même par le pseudonyme Buisson_xy, merci à lui.

Supprimer des références, c'est le Mal

Je crois que je garde cet article dans ma liste de suivi juste pour pouvoir jeter l'anathème de temps à autre.

mardi 14 septembre 2010

Retour à la case départ

Suite du billet précédent.

On a donc un problème de représentativité sur notre dernier graphe quand des contributeurs tels que Coeur ou Kelson se réveillent au bout de plusieurs années et décident qu'en fait, un balai, ça leur faciliterait bien la vie. Forcément, la moyenne pour leur génération augmente: avec des comptes créés en 2003, ils ont traîné plus de temps sans le balai que certains administrateurs n'en ont tout simplement passé sur Wikipédia. Et puis il y a les bots, sysopés sur la foi de leurs dresseurs, eux-mêmes déjà admins.

On peut corriger cela en virant lesdits bots et en limitant le calcul de la moyenne à ceux s'étant lancés les premiers: on comparera donc pour chaque année les jeunes loups entre eux, ceux qui les premiers se lancent dans la course au balai et, surtout, sont élus. Cela nous donne le graphique suivant:

Attente moyenne pour les cinq premiers admins élus, par année de création de compte et en jours.
C'est quand même très différent: un an d'attente pour les comptes créés en 2003, puis 5 mois entre 2004 et 2006, puis une croissance pour revenir à au moins un an désormais. Mais comment l'interpréter?

Il me semble qu'en ce qui concerne la génération 2003, c'est simplement parce que Wikipédia, à l'époque, est encore un grand espace vide où on peut créer des articles comme Nicolas Sarkozy ou JFK. Personne ne connaît Wikipédia à part les trois pingouins qui sont dessus. Pas ou peu de vandales, de besoin de fusion ou de suppression. Et donc pas vraiment besoin d'admins pour aider ceux qui sont là depuis 2001 ou 20021 et qui n'ont quasiment rien à faire de technique.

Cela change progressivement, et le nombre d'admins croit avec le besoin et la popularité de l'encyclopédie. On reste en petit comité, et on est dans cet âge d'or où le monde est régit par des geeks qui n'ont pas encore appris les joies de la politique interne (ou qui ne sont pas bons à cela). On a bien déjà un ou deux trolls, mais personne ne sait trop quoi en faire et ils sont donc plus ou moins tolérés.

Et puis vient le moment où les admins commencent à documenter leurs erreurs et désaccords sur le BA, et l'on devient plus exigeant sur les candidats. A partir de 2007, on demande un niveau de bouteille qui va croissant. Tant et si bien qu'aujourd'hui, en 2010, on est quasiment revenus aux délais des premiers jours, à celà près que le niveau des élus est incomparablement plus élevé. Pour un Markadet arrivé en janvier 2005 et élu en août de la même année avec 100% d'approbation des 50 votants, on a Ascaron (vraiment actif depuis 2008) qui obtient en août 2010 un taux légèrement inférieur sur 91 avis. Autre temps, autres moeurs.

Je me garderai bien de dire si les derniers admins sont meilleurs que les vieux - ils ont avant tout eu moins de temps pour commettre des bêtises. Mais la tendance est intéressante. Ce qui serait tout aussi intéressant, et probablement similaire, serait de mesurer maintenant l'évolution du nombre d'éditions pour les élus2.



1. Données inexploitables sur le toolserver.
2. J'avais abordé la question mais cela semble plus compliqué (ou moins facile) que prévu: maintenant qu'on a les dates de sysopage pour 200 et quelques personnes, il faudrait en fait compter toutes les contribs (idéalement par domaine) jusqu'à cette date: un genre d'editcount limité, donc. Si vous avez des idées, j'ai le fichier.

lundi 13 septembre 2010

Moins vite, moins haut, plus forts

C'est officiel: c'était plus facile de devenir admin avant. J'en ai déjà parlé, Théoliane en parle, mais cette fois j'ai mieux: des chiffres. J'en profite d'emblée pour remercier Stanlekub et son accès au toolserver sans qui tout ce qui va suivre n'aurait pas été possible1.

Aujourd'hui, donc, nous allons parler des administrateurs et surtout du temps que les 233 élus auront mis à l'être. Pour ce faire, autant vous bazarder les graphiques et commenter au fur et à mesure.

Premier ensemble de données, le nombre d'admins par année de création de compte:


A noter que ce graphique inclut aussi les administrateurs ayant depuis démissionné ou été démis.

Ici à première vue pas de surprise, cela suit la courbe de progression de l'encyclopédie, avec un pic en 2005. Sauf qu'après, alors que la courbe des éditions se stabilise, celle des admins chute: un seul compte créé en 2010 est à ce jour administrateur, et en plus c'est un bot. C'est à rapprocher de ce billet de janvier dernier, où je montrais que le nombre de candidats baissait, et m'aventurait à quelques explications (en gros les mêmes que Théoliane: des attentes de plus en plus fantasmatiques):

Nombre d'élections par an (histogrammes), et taux de succès (orange/noir)
J'indiquais donc que Wikipédia en français passait doucement de 90% à près de 55% de succès pour les candidatures au balai. On semble voir une amélioration en 2010 (près de 70% de réussite à ce jour), mais cela reste à confirmer.

Et voici maintenant un troisième graphique, qui nous montre l'attente moyenne avant de lancer sa candidature et être élu (par opposition à lancer sa candidature et ne pas être élu, qui n'est pas discuté ici):
Durée moyenne entre la création de compte et l'acquisition du statut d'administrateur, par année de création (x) et en jours (y)
Bonne nouvelle! Ca baisse. Sauf que oui, mais non. Ce graphique est doublement faux parce que d'une part le seul compte admin créé en 2010 est celui d'un bot, qui n'a pas vraiment eu besoin de faire ses preuves socialement et a donc acquis le statut en 40 jours et, surtout, on a sur WP de vieux dinosaures de 2003, 2005 ou 2007 qui un jour se réveillent et décident de devenir admins quand tous ceux de leur génération ont déjà quitté le projet. Forcément, cela influe sur la moyenne.

La correction, parce que ce billet est déjà long, sera discutée demain.


1. Ainsi que GL et Manoillon, dont je ne désespère pas de faire un jour bon usage des données fournies.

mercredi 8 septembre 2010

Touchons du « bois »

J'ai une vision très précise de ce moment. Au bureau, alors que l'activité était calme, cela faisait plusieurs jours que je fouinais sur les différentes pages d'aide de Wikipédia. Je suis en revanche incapable de dire comment j'en suis venu à me pencher sur ce site et combien de temps (un jour, trois jours ?) ai-je passé à lire et relire les conseils. Attention, je n'ai pas lu pendant trois jours mais sur cette période, je pense y être passé et repassé. J'en profite pour me montrer en contre-exemple des gens qui pensent que « Pour les nouveaux, les pages d’aide sont trop longues et mal foutues, personne ne les lit. ». Moi avant d'aller quelque part, je regarde où je mets les pieds. Et les pages longues me sont utiles, pas forcément pour les lire de fond en comble mais pour me dire « Je peux revenir là si j'ai des questions ». Un peu comme un dictionnaire ou un annuaire qu'on consulte mais qu'on ne lit pas in extenso.

Je me tâte1 pour m'inscrire, je tergiverse avant de sauter le pas et de faire le premier (pas) vers une « communauté »2 avec tout ce que ça peut comporter comme intégration3. Un des éléments qui m'a décidé, c'est que quitte à être inscrit autant l'être le plus tôt possible, cela me donnera de la bouteille4. Je ne pense pas avoir testé la modification de page sous IP, peut-être juste un clic pour voir le code avant d'annuler et de revenir à la page précédente.

Alors, je trouve un pseudo inédit et à peu près prononçable, je me crée un mail lié à ce pseudo et puis je clique sur « Créer un compte ou se connecter ». Et voilà comment je me suis devenu contributeur sur les projets Wikimedia. C'était il y a cinq ans, jour pour jour.

1. Comme Prost
2. Ajoutez des tas de guillemets
3. Imaginez que vous avez déménagé et devez aller à l'école alors que vous ne connaissez personne et que tout le monde se connaît. L'avantage c'est que sur Wikipédia, y a plein de monde qui emménage tout le temps (ou qui se barre d'ailleurs).
4. Il y avait environ 180 000 articles à mon inscription.

mardi 7 septembre 2010

Chacun sa croix

A nos lecteurs français qui aujourd'hui luttent pour leurs droits ou leur accès au bureau, la Cabale romande vous offre un peu de lecture-détente wikipédienne:
Le premier article explique pourquoi on fait finalement assez peu la grève par ici, et le deuxième concerne le rejet par le peuple (et les cantons) de l'abaissement de la retraite... à 62 ans!

Sur ce, je profite d'un court passage au QG pour soigner gastro et gueule de bois: le climat européen ne réussit pas à mon petit corps africain, on dirait :-(

jeudi 2 septembre 2010

Mon agenda

On m'attribue parfois des intentions (ou des performances) qui ne sont pourtant pas les miennes, et la dénégation de ma part est souvent perçue comme un aveu circonstancié. Outre le fait que je ne nie désormais plus grand-chose (c'est une perte de temps), il faut dès lors bien, de temps à autre, lâcher un peu de lest sur un sujet annexe et admettre que oui, c'est vrai, il m'arrive d'avoir une idée derrière la tête quand je traîne sur Wikipédia. Mais je le jure, je fais tout ça pour le bien commun.

J'ai donc décidé de vous parler aujourd'hui de mon agenda. Le vrai, le dur.

Nous1 avons récemment décidé que ce serait une bonne idée que d'offrir, à Noël prochain, un joli agenda à chacun de nos contacts dans la région. Joli dans la mesure où il ne serait pas cher, vu qu'on passe notre temps à racler les tiroirs et réduire les budgets pour nourrir ce monstre qu'est le QG2, et joli dans la mesure où on aurait quelques pages pour parler de chacun des pays de la région (genre belles images et données utiles). C'est là que Popo intervient, et ce pour deux bonnes raisons:
  1. La collègue qui devait s'en occuper a décrété qu'enceinte de trois mois, il fallait qu'elle évite de travailler trop dur;
  2. J'ai rien à faire (c'est Ramadan, c'est fin août, c'est calme) et je suis dans le bureau d'à côté.
Du coup on commence à éplucher les articles des pays de la région pour copier les infoboxes, et les portails pour voir ce qu'ils ont comme "le saviez-vous" sympas et images de qualité, bien évidemment, pour illustrer le bouzin. Le résultat fut inégal: infoboxes ok (et assez à jour, étonnamment), quelques infos sympas3, mais côté images c'était plutôt le désert complet.

Ce qui est assez surprenant, me dis-je, vu qu'on se félcitait encore récemment que Commons héberge désormais 4 ou 5 millions d'images.

En fait, vous l'aurez deviné, c'est encore la faute aux catégories: celles-ci sont suffisamment mal faites pour que si on cherche une image de qualité spécifiquement prise en Afrique (ou ailleurs en fait), on ne puisse pas trouver. Je ne cherche pas spécialement un paysage, même si on en trouve de très beaux. La photo ci-dessous nous vient par exemple du Niger, et est signée Jacques Tarberlet.

Région des montagnes bleues.

Le problème c'est que j'ignore qui est ce monsieur, que je m'en cogne assez royalement, et que la seule autre catégorie disponible indique que ce cliché fut pris dans les montagnes de l'Aïr (dont j'ignorais l'existence jusqu'à la semaine dernière, et pourtant j'ai toujours été bon en géographie). Pas de catégorisation "featured picture" d'aucune sorte. Idem pour cette image:

Gonzalo!
Fort habilement classée dans la seule catégorie Agama agama.

On a certes une page d'autocongratulation, mais pour ce qui est du côté pratique rien, nada, qui permette trouver rapidement en vue de les réutiliser utilement et effectivement les clichés que des milliards de vacanciers ont décidé de déposer sur les serveurs de la Fondation, le plus souvent en triple exemplaire.  Ce ne serait pourtant pas difficile (j'imagine) de créer une catégorie "Image de qualité qui servira à autre chose qu'à son auteur de gonfler son nombre de contributions sur Commons", mais je suppose que si on ne l'a pas fait, c'est qu'une quelconque politique interne l'en a empêché4.

Je n'ai pas l'impression que ce réservoir de document aie une procédure pour éjecter les clichés moches ou en double. Du coup, et contrairement aux articles wikipédiens que l'on peut retrouver, améliorer ou explorer assez facilement, la quantité sur Commons a franchement tué tout espoir de profiter de la qualité.

Et en ce qui concerne la réalisation de mon agenda, ce n'est donc pas gagné5.


1. C'est à dire la main qui me nourrit et moi-même, le Nous de majesté étant je le répète réservé à mes activités de bureaucrate.
2. Et sa salle de gym avec sauna/hammam.
3. J'en profite pour dire qu'un "Le saviez-vous: Justin Ahomadegbé est resté aux arrêts de 1972 à 1981 après son renversement dans un coup d'état" est certes informatif, mais pas super positif (c'était chez les anglophones). Je veux pas faire dans le politiquement correct, mais si on s'adresse aux Béninois, autant éviter de leur rappeler que chez eux c'était la zone (leur démocratie marche désormais, mais ça tout le monde s'en fout). Je n'ai pas vérifié, mais je doute que le portail France indique "Le saviez-vous: le soir de son élection à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy est allé faire la bamboula au Fouquets' puis est parti en vacances sur le yacht d'un copain millardaire".
4. J'ai souvent remarqué que le client, dans le monde du libre, n'est pas toujours roi.
5. Et tant pis pour ceux qui pensaient lire autre chose - mais ce n'est pas comme si ce post n'était pas déjà pétri d'un peu de mauvaise foi ^^