lundi 26 avril 2010

Paille et poutre

Sur le blog de Predictably Irrational, extension de l'excellent bouquin du même nom, ce billet intitulé "Pouvoir et hypocrisie morale" dont je vous livre une traduction in extenso et impromptue:
"Joris Lammers et Diederik A. Stapel (de l'université de Tilburg) et Adam D. Galinsky (de Northwestern University) ont mené cinq expériences sur la morale des faibles et des puissants.

Simulant une organisation bureaucratique, les participants furent assignés aléatoirement à un poste de pouvoir (Premier ministre) ou subalterne (fonctionnaire), le Premier ministre pouvant contrôler et diriger les fonctionnaires. Les chercheurs présentent ensuite lesdits participants avec un dilemme moral sans aucun lien apparent avec leur poste: oubli de déclaration d'une partie des revenus au fisc, violation des règles de circulation, et possession d'un vélo volé. Dans chacun des cas, les participants devaient noter l'acceptabilité de chaque acte sur une échelle de 1 (complètement inacceptable) à 9 (complètement acceptable).

La moitié des répondants devaient indiquer le niveau d'acceptabilité de l'acte s'ils l'avaient eux-même commis, tandis que l'autre moitié devait juger du cas où d'autres l'auraient commis.

En comparaison de ceux dénués de pouvoir, les puissants se sont avérés plus stricts sur leur jugement des transgressions des autres, mais plus laxistes en ce qui concernait leurs propres torts: "le pouvoir augmente l'hypocrisie, c'est-à-dire que les puissants montrent un plus grand écart entre ce qu'ils font et ce qu'ils recommandent".

Joris et Adams émettent l'hypothèse que cette connection entre hiérarchie et hypocrisie est liée à la conscience des droits qui viennent avec toute position de pouvoir. Mais que se passe-t-il si vous enlevez ces droits en signifiant aux participants que leur pouvoir est illégitime? L'effet pouvoir-hypocrisie devrait disparaître.

Afin de tester leur idée, il fut demandé à 105 étudiants néerlandais de décrire une expérience lors de laquelle ils furent soit aux commandes, soit soumis aux évènements. La moitié des participants devaient parler d'une occasion où leur statut, bas ou élevé, était mérité (et légitime), tandis que l'autre moitié parlait d'une situation où ce même statut était immérité. On leur demanda ensuite de classer l'acceptabilité du dilemne du vélo cité plus haut.

Résultat: quand le pouvoir (ou son absence) était légitime, les puissants firent montre d'hypocrisie morale (jugeant les autres plus sévèrement qu'ils ne se jugeaient eux-même), alors que ceux dénués de statut étaient beaucoup plus cohérents - exactement comme lors de l'expérience précédente. Mais lorsque le pouvoir (ou son absence) était vu comme illégitime, les puissants ne firent pas montre de cette même hypocrisie: celle-ci était au contraire inversée, les puissants illégitimes étant plus stricts envers leurs propres transgressions qu'ils ne l'étaient envers les autres."
Si vous n'avez pas encore fait le lien avec Monsieur de la Fontaine, ce n'est pas grave. Par contre, ce qui est vraiment intéressant est qu'on a là une démonstration de ce que beaucoup de gens ont déjà relevé intuitivement, à savoir l'existence sur Wikipédia d'une prime à l'ancienneté: celle-ci ne protège pas simplement les admins, mais bien tous ceux ayant l'enviable statut de "piliers" (le statut wikipédien étant essentiellement social). L'inverse est également vrai lorsque l'on a affaire à ces nouveaux contributeurs venus pousser leur point de vue, et qui face à la résistance communautaire ont assez rapidement tendance à considérer la position des admins comme illégitime (traduire par "stalinienne" ou "fasciste"), occultant au passage leurs propres torts.

Je doute qu'en avoir conscience change quoi que ce soit dans nos attitudes respectives, mais tout au moins pourra-t-on se dire qu'on n'a pas rêvé.


Dan Ariely, Predictably Irrational: The Hidden Forces That Shape Our Decisions, 304p., 2008, 9€; disponible en français sous le titre C'est (vraiment ?) moi qui décide et pour... 19€!

4 commentaires:

Léna a dit…

Donc si on veut que les politiques soient plus tolérants envers leurs concitoyens et plus strictes envers eux-mêmes, il faudrait les dé-ligitimiser ?

Popo le Chien a dit…

Non, il faudrait faire en sorte que leur statut soit socialement neutre - au sens de primus inter pares comme chez les Scandinaves plutôt qu'élites à la française.

Le pouvoir politique illégitime est celui qu'on constate aux États-Unis - cette fameuse "défiance vis-à-vis de Washington". Résultat: des hommes publics dont la carrière est coulée pour cause d'adultère.

esby a dit…

Je dois avouer que je ne suis pas vraiment d'accord avec la conclusion.

Elle confond allègrement la légitimité perçue et celle estimée par la personne. Elle oublie aussi allègrement que la légitimité s'estime en fonction de son éthique et sa morale.

Elle fait aussi fit de la possible corruption morale et éthique du dirigeant.

Sur un groupe de 110 personnes, si on a une majorité de gens honnêtes, on aura une majorité de personne se sentant coupable d'avoir un pouvoir indu et illégitime.

Si on avait pris 110 personnes déterminées d'une autre façon, au hasard, les personnes élues lors d'élection quelconques, on aurait peut-être pas eu les mêmes résultats...

iluvalar a dit…

Question numéro 4 :
Etes-vous malhonnête ?
A) Non, jamais ! pas moi *siffle*.
B) Pas plus qu'un autre.
C) Honnêtement, oui.
D) Tu parle ! tellement malhonnête, je n'ai encore jamais répondu à un sondage correctement.

Sans blague, pondérer un sondage sur l'honnêteté des gens, ça doit pas être facile.