mardi 11 janvier 2011

Notabilia

Le processus de suppression de page - les PàS de sinistre mémoire- semble apparemment fonctionner sur un système proche de l'unanimité. C'est en tout cas ce que laisse penser notabilia.net, un site web dont le propos semble d'examiner les 100 plus longues discussions ayant abouti à une conservation ou une suppression d'article. Je précise qu'ils ont regardé sur la version anglophone du projet, mais la plupart de leurs remarques me semblent pouvoir s'appliquer à la francophonie.

Et le petit plus sympa dans tout ça, c'est qu'ils ont donné une forme graphique à leur travail.

Commençons par la fin, comme eux, et voyons ce que ça donne au final:
Une sorte d'arbre, avec à gauche les conservations, à droite les discussions ayant mené à la suppression de l'article.

Comment en sont-ils arrivés là, et pourquoi cette forme de spaghettis? Tout simplement en mesurant l'alternance des keep et des delete. L'un fait pencher la barre à gauche, l'autre à droite, et si la discussion est équilibrée entre chaque camps, l'alternance des côtés fait qu'on reste tout droit:

A gauche: l'alternance de "Conserver" et "Supprimer" permet de garder le cap.
A droite: les avis quasi-unanimes pour la conservation font pencher le fil vers la gauche.
En regardant l'arbre ci-dessus, on s'aperçoit que finalement assez peu de décisions vont à l'encontre du nombre - notre arbre a comme qui dirait une raie au milieu. Il est cela dit intéressant de relever qu'il existe quand même des suppressions ou des conservations qui vont à l'encontre du simple vote numérique - on peut soupçonner que cela traduit le fait que l'administrateur faisant la clôture prend soin de regarder la nature des discussions, passant éventuellement outre certains effets de rameutage.

Les auteurs relèvent également que les discussions les plus longues ne sont pas les plus représentatives. En fait, en s'intéressant au presque 200'000 (!) procédures lancées entre 2002 et 2010, on s'aperçoit que la plupart sont closes après 4 ou 5 interventions:
Autres conclusions remarquables:
  • Toutes les propositions de suppressions ne commencent pas avec une demande de suppression de la part du proposant - celui-ci recommande parfois la fusion et l'intégration du contenu dans un autre article;
  • Les conservations immédiates (sans laisser au débat le temps de s'installer) sont plus nombreuses que les suppressions immédiates. Je soupçonne qu'on a là une différence notable avec la réalité francophone;
  • Les suppressions tendent beaucoup plus à dépendre d'une relative unanimité des participants. A l'inverse, il n'est pas inédit de conserver une page si l'avantage des suppressionistes est faible. C'est la fameuse absence de consensus.
Ce projet a fait l'objet d'une courte communication scientifique lors d'une récente conférence et, outre le site indiqué plus haut vous pouvez en consulter le pdf ici.

4 commentaires:

Meodudlye a dit…

Sur fr: c'est plus simple.
Soit il y a unanimité pour conserver et on conserve. Soit il n'y a pas unanimité, et donc comme il n'y a pas d'unanimité pour supprimer, on conserve.
La dernière application par dessus la jambe de ce principe revient au brillantissime Moez, qui a conservé un truc pour lequel tout le monde était d'accord pour supprimer, à part un gars qui est sans doute tombé la par hasard et pour rire a voté conserver.

Anonyme a dit…

Ah? Quelle page?

Popo le Chien a dit…

@nonyme: Je crois qu'on parle de cet épisode à propos d'un modèle proposé et re-proposé à la suppression.

Anonyme a dit…

Ah oui, mais là j'avoue que j'ai calé. Pas le courage de lire les pages de discussion dans tous les sens. Tant pis.

Anonyme précédent.