mardi 15 mars 2011

Brut de décoffrage

Une question qu'on ne m'a pas posée -à mon grand regret- mais à laquelle j'ai envie de répondre:
A mon humble avis, le comité d'arbitrage est une poubelle qui rassemble le pire de ce que wikipédia peut engendrer de plus méprisable. Je ne vois pas le plus petit début de moitié de quart de commencement d'utilité à cette chose infecte, sauf pour satisfaire les instincts délateurs et/ou sadiques de certaines personnes que je m'abstiendrai de qualifier. Toute prise de décision relative, de près ou de loin, à ce truc, devrait à mon sens commencer par : "le comité d'arbitrage est supprimé". Donc, ma question est : qu'est-ce qui vous pousse à vouloir y perdre votre temps ? A mon sens, il est bien plus intéressant d'essayer d'enrichir les articles plutôt que de participer, même avec de bonnes intentions, à ce genre de choses. La question appelle véritablement une réponse, car honnêtement, en toute sincérité, j'aimerais bien que l'on m'explique ce que ce soi-disant "comité" peut apporter de positif et ce qui peut pousser des contributeurs de bonne foi à vouloir y participer.
C'est effectivement un peu brutal, mais pas une question irraisonnable en soit1.

Soyons francs: le Comité d'arbitrage (CAr), sans réellement rassembler "le pire de ce que Wikipédia peut engendrer de plus méprisable", n'est pas non plus l'endroit rêvé pour la grosse déconne2. C'est d'ailleurs bien pour cela qu'on l'a créé, le meilleur de ce que Wikipédia peut engendrer de plus estimable étant, à l'opposé, déjà situé dans son espace encyclopédique (avec un peu de pire là aussi, n'exagérons pas).

"Caca de fête, caca qui fouette!"
Sauf que cet espace encyclopédique ne se construit pas sans accroc, on le constate plusieurs fois par jour sur les Pages à supprimerrequêtes aux admins et le Bulletin desdits admins (parfois dans cet ordre d'escalade, d'ailleurs). Quand ces derniers s'avèrent incapables d'apporter une réponse cohérente et homogène3, c'est généralement le moment où l'on demande les bons offices du CAr. Le problème, à ce stade, n'est plus de "rassembler le pire de ce que Wikipédia peut engendrer de plus méprisable", mais bien le fait que Wikipédia engendre du pire et du méprisable et qu'on ne sait pas quoi en faire

Pris différemment, on pourrait aussi dire que si on n'aime pas le caca, il faut commencer par ne pas faire caca. Si cette option radicale s'avère toutefois impraticable, il faut alors faire avec et, si possible, proposer une solution. Le wikilove étant mort dès la première guerre d'édition sur Wikipédia, le CAr est la seule qu'on ait pour l'instant. J'avouerai candidement ne pas avoir d'alternative à proposer, mais on dirait que Jean-Jacques Georges, tout aussi candidement, n'en a pas non plus.

Faisons alors avec.

Loin de moi d'avancer que le Comité constitue une panacée: il reste grandement améliorable, et je rejoins notre ami JJG sur l'idée qu'on est plus heureux à écrire sur des sujets obscurs - il y aura d'ailleurs assez de gens qui se réjouissent d'avance de le signaler à mes collègues et moi-même lors de l'élection qui s'en vient. C'est la vie.

Du coup, si vous pensez pouvoir aider ou changer les choses, il n'y a qu'à vous lancer - ou donner une bonne poussée à quelqu'un que vous estimez capable de le faire!




1. Il n'est pas non plus irraisonnable de penser que Jean-Jacques Georges inclut les arbitres actuels dans sa conjuration des imbéciles.
2. Quoiqu'il y ait depuis six mois une très bonne ambiance entre arbitres.
3. Références sur demande.

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Tout le monde le critique, mais le comité d'arbitrage a une énorme utilité. Bravo aux arbitres.

Anonyme a dit…

Un détail, juste : vous mettez un lien vers la candidature de Thémistocle, avec la citation de la question posée sur la page de candidature de Sammyday. Les intitulés sont légèrement différent (certes, le sens est globalement le même).

Erdrokan a dit…

C'est gentil de proposer mais pour moi c'est toujours "non" :)
Et je ris sous cape quand on me dit (comme hier) que je "ferais un très bon arbitre". Je pense que c'est mal me connaître.
En plus, je pense que je ferais un arbitre débordé et malheureux alors...

Tejgad a dit…

A l'époque où j'étais arbitre, j'avais pondu ça. Je ne saurais pas dire si c'est toujours d'actualité. En tout cas, le CAr c'est bien, mais des fois, ça prend un sacré paquet de temps pour écrire un commentaire.

Que la patience guide les candidats ;)

Jean-Jacques Georges a dit…

Bien vu, j'inclus effectivement les arbitres dans mon jugement. Je dirais même que mon appréciation porte avant tout sur les arbitres, pour le travail desquels je nourris un mépris assez profond.

Le comité d'arbitrage ne sert à rien sinon à transformer les antipathies en haine. Il ne s'agit que d'une machine à faire des procès en inimitié, ce qui a pour effet de décupler, voire de centupler, lesdites inimitiés. Beau résultat.

Je ne vois pas de raison de proposer une alternative au comité d'arbitrage : il faut lui crever la panse et ne surtout pas le remplacer. Il y a déjà une chose qui s'appelle le "salon de médiation", et qui pourrait gérer les éventuels conflits entre contributeurs de manière bien plus efficace et "soft". Les antipathies personnelles entre contributeurs, tant qu'elles n'aboutissent pas à désorganiser les articles, n'ont pas à être du ressort d'un quelconque "comité". A ce jour, je n'ai en tout cas jamais vu quoi que ce soit qui puisse me faire changer d'avis, bien au contraire.

Popo le Chien a dit…

Vous semblez partir du principe que tous les contributeurs sont capables du même recul et de la même retenue dans le propos que vous-mêmes.

Il me semble entrevoir une première erreur d'appréciation à ce niveau.

Jean-Jacques Georges a dit…

Je ne prétends à aucune modération sur cette question. Le souci est que le principe même du comité d'arbitrage m'apparaît détestable, et que rien de ce que j'ai pu y lire (sachant que je n'ai évidemment pas passé mon temps à le lire - fort heureusement !) ne tend à me faire changer d'avis. Ce comité me semble donc à la fois odieux dans son principe et répugnant dans sa pratique. Il y a peut-être des arbitres sincères et de bonne volonté, mais je tends à croire qu'ils se leurrent et que la fonction corrompt. Peut-être des changements radicaux dans la conception même de la chose (par exemple en se limitant à juger des cas de pov-pushing et en laissant les conflits personnels tranquilles) pourraient-ils me faire changer d'avis, mais je reste pour l'instant très pessimiste.

Popo le Chien a dit…

Je pense au contraire que les problèmes de POV-pushing pourraient très bien être gérés à la marge par les admins ou la communauté (ils le sont déjà dans une très grande mesure, c'est le principe même de WP).

Mais que faire d'un excellent rédacteur qui par ailleurs harcèle, antagonise ou agresse les autres wikipédiens qui auraient l'heur de lui déplaire?

* Si on demande à 180 admins de se prononcer, on a un super CAr qui se vautrera dans l'inaction.
* Si on laisse 10 d'entre eux le faire sur un coin de table, on a un CAr de facto qui n'a pas été élu pour cela (avec les risques de collusion).

Pour paraphraser Churchill, le CAr est la pire des solutions, à l'exception de toutes les autres.

Jean-Jacques Georges a dit…

Ce n'est pas Clémenceau qui a dit ça ?

J'avoue ne pas être convaincu par l'exemple donné : un contributeur qui se comporterait vraiment comme un sociopathe aggravé n'aurait pas besoin de passer par un quelconque comité d'arbitrage. Si le cas est vraiment extrême, les administrateurs peuvent très bien se faire leur idée, à condition bien sûr de se concerter et de ne pas agir unilatéralement.

Par contre, s'il s'agit d'une personne qui a des problèmes personnels avec un ou plusieurs personnes, soit pour des raisons de désaccord de fond sur le sujet, soit du fait de soupçons (fondés ou non) de pov-pushing, je ne vois pas en quoi une machine à broyer les bonnes volontés comme le comité d'arbitrage pourrait résoudre les choses en quoi que ce soit. Encore une fois, il y a un "salon de médiation" pour ça.

On a beau dire que le comité d'arbitrage n'est pas un tribunal, il fonctionne comme tel, et se fait détester comme tel. En tant qu'"outil communautaire de résolution de conflits", il ne vaut rien, puisqu'il ne résout rien, et que les gens se détestent encore plus après.

Popo le Chien a dit…

Les admins font régulièrement la preuve de leur incapacité à trancher de manière unanime, et ils se contentent généralement de décider autour de la durée d'un blocage (après force engueulades).

Le CAr, a l'inverse, ou en tout cas ceux dont j'ai fait jusqu'à présent partie, essaie de trouver une solution qui permette aux gens de continuer à contribuer sans reproduire les comportements problématiques à l'origine du conflit (généralement en obligeant à passer par les discussions ou interdisant certaines pratiques tels que les renommages unilatéraux, par ex.). Il s'inscrit dans la durée. C'est pour moi en cela qu'il ne s'agit pas d'un tribunal: on ne se fixe pas sur le schéma binaire faute -> punition. Cela n'exclue bien sûr pas la sanction, mais celle-ci est beaucoup plus conditionnée.

Il y a des échecs, c'est évident, mais gérer des égos à distance et par écrit n'est pas franchement le plus aisé - je n'ai pas l'impression en ce sens que le salon de médiation (ou les appels à commentaires) soi(en)t une franche réussite.

La citation de Churchill, me dit Wiksource (qui donne même un lien vers le Hansard), sort d'un discours à la Chambre des Communes du 11.11.1947.

Jean-Jacques Georges a dit…

Exact, c'est bien Churchill (bien que certains l'attribuent parfois à Clémenceau !).

Ce n'est pas moi qui irai prétendre que les administrateurs sont parfaits sur quoi que ce soit. Néanmoins, pour les cas de trollage ou de pov-pushing massif, et d'agressivité générale envers tout le monde (je dis bien tout le monde, et pas deux ou trois personnes), leur contribution peut être utile, sans qu'il soit besoin de faire traîner les affaires pendant trois à six mois.

Pour les conflits personnels, il n'y a RIEN à arbitrer tant que le contenu des articles, ou les limites de la politesse, n'en souffrent pas. On n'empêchera jamais personne de se détester, et l'aspect "judiciaire" (mais arbitraire, car sans véritables lois autre que le ressenti des arbitres) de la procédure ne fait que prolonger les conflits dans le sens de la haine. C'est bien pourquoi l'usage du salon de médiation me paraît plus adapté. Malheureusement, il est assez peu utilisé car il est toujours plus facile de faire un procès pour pouvoir vomir sa haine que de d'essayer discuter en personnes civilisées.

Quant aux appels à commentaire, c'est de la merde : à mon sens, il n'y a là que des incitations à venir cracher sa détestation envers untel ou untel, à la manière évidemment des témoignages des arbitrages, mais en un peu moins vicieux.