mardi 8 septembre 2009

C'est pourtant pour votre bien!

J'ai fait hier soir un truc complètement idiot: je suis allé demander aux gens ce qu'ils pensaient des décisions prises en leur nom. Bon, comme j'ai autre chose à faire que saisir mon calepin et les contacter un par un (et que je n'ai pas de bot pour faire le boulot à ma place), je suis simplement repassé sur la page de vote concernant le renommage des administrateurs en opérateurs, et j'ai relevé le nombre d'admins dans chaque camp.

C'est bassement numérique, mais aux alentours de 23h00 le 7 septembre 2009 on avait ça:

En gros, sur les 52 admins1 s'étant exprimés, moins de 30% sentent le besoin de changer d'appellation. 60% sont contre, le reste s'en foutent. A l'inverse, l'urgence du renommage est beaucoup plus forte chez les non-admins, qui représentent 85% des votes Pour.

C'est quand même pas banal, ça: ceux qu'on veut protéger n'ont pas l'air vraiment conscient du danger qui, dans l'ombre, les guette. Ou en tout cas l'acceptent beaucoup plus que ceux qui, sans savoir trop de quoi il retourne, essaient de les en protéger.

Je crois qu'on a là un sacré problème de com' interne2.

Bon, au moins quand ceux ayant promis de commettre seppuku pour protester contre un résultat positif devront passer à l'acte, ils auront toujours la consolation de ne pas avoir été (trop) trahis par les collègues.


1: ou ex-administrateurs, je n'ai pas fait dans la subtilité, l'important étant de recenser ceux ayant la capacité de se sentir concernés.
2. un de plus.

16 commentaires:

DC a dit…

Une explication toute simple est que les admins sont fiers de cette appellation.

Chandres a dit…

et que les péons pensent que opérateur ca dégonflerait peut être les chevilles de certains! :-)

Popo le Chien a dit…

@Cosmos: pourtant c'est pas comme si être admin sur WP ça aidait pour draguer...

Je me doute bien qu'il y a un certain conservatisme de la part des admins sur le nom, mais de là à penser que les non-admins font dans la basse vengeance... en gros on est en train de dire que personne ne répond à la question posée?

DC a dit…

Oh ce n'est pas pour draguer, ou alors se draguer soi-même. Bref, du pur narcissisme.

darkoneko a dit…

Seppuku ? bof, ya aussi la possibilité de ne plus être admin, tout simplement.

Mais n'étant pas une drama queen, je ne l'ai pas spécifié sur la page.

gede a dit…

Je sociologiserais quelque peu l'explication du Doc, à laquelle je souscris.

A côté de la motivation purement psychologique, on peut en effet ajouter une motivation sociologique : refus de la perte de pouvoir symbolique, non négligeable, notamment face aux petits nouveaux du côté des admi ; recherche d'un nivellement des différences de prestige symbolique des dominés symboliquement que sont les non admi.

Que l'on en donne une explication psychologique (narcissisme), comme le Doc, ou sociologique, le refus ou l'approbation du nouveau terme se joue donc également autours de sa charge symbolique.

Et pour continuer dans la sociologie boursienne sauvage : c'est un point élémentaire que les gens ne votent pas pour les raisons selon lesquelles ils doivent officiellement voter, ni même pour les raisons pour lesquelles ils pensent eux même voter. Raison pour laquelle il vaut mieux parfois faire des petites statistiques à 23 heures, plutôt que de poser des questions aux intéressés : la capacité de dénégation humaine étant presque infinie.

darkoneko a dit…

il y a aussi des gens qui n'aiment juste pas le nouveau non, sans arrière pensée :)

darkoneko a dit…

(désolé du doublon)

Par contre, un problème des théories sur les raisons "inconscientes" du vote des gens, c'est qu'elles sont invérifiable : on peut leur faire dire ce qu'on veux (chacun verra midi à sa porte)

gede a dit…

Darko : aucune explication n'est exclusive, à mon sens. Toutes jouent à des degrés divers.

Faire dire ce qu'on veut : non, pas plus que l'on ne peut faire dire ce qu'on veut à un corps physique, qui n'est pas doué de parole, à travers une étude statistique. Il y a une limite à la liberté interprétative : ce sont les données statistiques. Plus celles-ci seront précises et nombreuses, plus faible sera cette liberté, puisqu'elles contrediront certaines interprétations et n'en rendront possible que certaines.

L'assise empirique et statistique est ce qui fait différer ce type d'enquêtes de la psychanalyse, fondée sur le postulat de l'inconscient, où la flexibilité interprétative est en effet presque totale en l'absence de protocole méthodique dans le recueil des données et leur traitement.

Par ailleurs, je n'ai pas dit, et ne crois pas, que ce sont des raisons inconscientes, mais plutôt non formulées officiellement et en partie déniées. Ce qui est très différent.

darkoneko a dit…

Tu met au même niveau la vérifiabilité de stats d'un solide physique (est-il bleu, quelle est son élasticité, etc) et le grand flou qu'est la psyché humaine. Je ne peut pas possiblement être d'accord avec ce postulat.

gede a dit…

Je viens de pousser l'enquête, en me demandant si le groupe des admi pour et celui contre étaient différents, et la même chose pour les péons. J'ai considéré comme variables le nombre d'édits et la date de création du compte. C'est très décevant : ils sont pareils. La seule vague différence est que les péons contre ont un tout petit peu plus d'edits que les pour (pour la médiane), mais statistiquement ce n'est pas significatif.

La seule chose qui tient est donc celle que tu as mis en avant : admi vs non admi.

(Darko : certes la psychologie humaine présente un degré de complexité qui ne se retrouve pas dans le monde naturel. Mais cette complexité ne permet pas de faire dire ce que l'on veut à une analyse statistique fondée sur le lien entre variables statistiques, comme le statut ou le nombre d'edits des utilisateurs. La flexibilité interprétative est plus grande, elle n'est pas infinie).

Popo le Chien a dit…

Tu as utilisé un script, ou a mano? (ça fait quand meme une flopée de gens)

L'un dans l'autre, ça me surprend un peu du coup que tu aies voté pour, je dois dire.

esby a dit…

Au sujet des administrateurs, il est fort probable que les 'contres' n'ont jamais eu de problème du fait de leur statut d'administrateur.

Les cas ou des dépôts de plaintes (ou assimilés) ont lieu sont quand même relativement minoritaires. Maintenant, je doute que pour les rares à qui cela arrive, ce soit sans aucune conséquence.

Pour prendre un parallèle, imaginez le nombre de fois ou vous prenez votre voiture et le nombre de fois ou vous avez un accident, est-ce que le fait que l'accident n'arrive presque jamais justifie de ne pas prendre ne compte la possibilité d'un accident et donc de ne pas prendre de constat amiable, sous pretexte que ca n'arrivera pas, pour ne parler que de cet aspect banal du problème?

Popo le Chien a dit…

Ben c'est justement là que je trouve qu'on a un problème: à ce que j'ai compris, on n'a jamais eu de plaintes contre des admins parce qu'ils sont admins, tout au plus des convocations pour explications (j'ai connaissance d'au moins une plainte pour une action éditoriale, mais le fait que ça vise un admin est ancillaire; CK a aussi été convoqué pour une histoire de CU). Le statut d'opérateur donnant les mêmes droits et responsabilités que celui d'admin, j'ai du mal à comprendre ce que le changement apporterait dans ce contexte.

Le message initial de David Monniaux ne dit d'ailleurs rien d'autre que cela: le changement de nom peut éventuellement éviter que les gens confondent Wikimédia France avec la Foundation, et les admins avec des modérateurs. Sauf que pour les cas auquel j'ai été confrontés, les gens ayant un grief envers WP ou ses admins l'ont à cause d'un blocage (de personne ou de page): c'est l'usage des outils qui crée la cible, pas le nom (il suffit de voir le nombre de gens qui se plaignent des "modérateurs", terme directement tiré des forums). Je suis aussi étonné qu'on ne propose pas le renommage de Wikimédia FR en quelque chose de plus anodin sur cette même base ("les amis du wiki"?).

Cette proposition est un mélange irraisonné de peurs, d'amalgame entre réalité et fantasmes, et de solutions toutes faites mais sans base argumentative (autre que "ça coute rien d'essayer"). C'est beaucoup.

gede a dit…

A la main. Une grosse heure pour y arriver, bien moins que le temps pour apprendre à scripter ce genre de chose, ce que je suis bien incapable de faire. Faudrait que je m'y mette.

Je suppose que j'ai voté pour par esprit de contradiction, et également parce que je ne peux pas m'empêcher de penser que si je votais contre, cela serait quelque part pour la raison que dit le Doc. Et un reste de mauvaise conscience me l'interdit.

Ceci dit, je crois que personne n'a évoqué un effet pervers possible : la perte d'autorité. Parce qu'une partie de notre efficacité tient à cette autorité. Déjà que ce n'est pas facile avec les fâcheux, je doute qu'ils aient le moindre respect pour des "opérateurs"... Et j'aime bien ta suggestion de rebaptiser Wikimédia France : pour le coup, voilà une appellation induisant clairement en erreur !

Popo le Chien a dit…

Donc en gros toi non plus tu ne réponds pas à la question posée?

Il se trouve que j'ai pensé à ce problème pas plus tard que ce matin en passant devant les affiches des prochaines votations (le 27 septembre si je ne m'abuse). En Suisse on répond quand même assez aux questions posées (même si sur certains thèmes émotionnels c'est plus tangent), mais c'est aussi parce qu'on a plein de votations (je dirais une quinzaine d'objets cantonaux, locaux et fédéraux par an): paradoxalement, la multiplication des demandes d'avis semble diluer l'envie de répondre à autre chose.

Peut-être que la solution serait de grouper les votes aux PDD (genre une votation annuelle, et après on est peinards)?