jeudi 19 février 2009

C'est pour votre bien

Il est malheureux qu'un énième accrochage insignifiant nous pousse à le faire, mais à quelque chose (petit) malheur est bon: la validation des révisions est enfin (et/ou à nouveau) sur la table. Wikipédia change, c'est une évidence, tout le concept encyclopédique 2.0 étant justement basé sur le fait que des millions de personnes qui en savent un peu parviendront à la longue à un meilleur résultat que quelques rares génies qui savent tout.

Mais, et c'est peut-être moins évident, ceux qui contribuent à Wikipédia changent aussi, tout comme ceux qui la consultent.

Alerte!

L'époque de la conquête de l'Ouest wikipédien est plus ou moins terminée: les liens rouges ne sont plus évidents, et les contributeurs qui faisaient partie de cette première vague de pionniers sont graduellement remplacés par des profils plus gestionnaires, plus techniques aussi: il ne s'agit plus tant de bleuir le lien pointant vers le Nigeria ou le Royaume-Uni que d'améliorer les infobox y relatives, de remplir les tableaux d'évaluation en page de discussion, et s'assurer que le contenu ne se dégrade pas. De nouvelles règles se sont mises en place, des us et coutumes aussi, un sens communautaire surtout, qui fait que beaucoup de Wikipédiens se définissent par une opposition entre "eux" et "nous". Sauf qu'il est pour "eux" de plus en plus difficile de s'intégrer à "nous", parce qu'entre autres la méconnaissance parfois naïve des usages n'est pas toujours vue avec la mansuétude qu'il faudrait.

L'audience de Wikipédia a également évolué: d'une masse d'anonymes ayant pris connaissance du projet parce qu'ils sont plus ouverts sur les nouvelles technologies (et y ayant plus facilement accès), et donc peut-être aussi plus sensibles à l'idée de construction d'un projet encyclopédique auquel ils avaient les moyens intellectuels de participer, le succès wikipédien l'a aussi ouvert aux masses tout court. Et il n'y pas besoin d'être un intellectuel parisien pour parfois penser que parmi ces masses on a quand même une sacré proportion d'adolescents boutonneux, cas sociaux, personnes avec un agenda politique/pseudoscientifique/non-neutre à avancer et/ou un mal de reconnaissance. Wikipédia, pour une population vivant depuis 30 ans dans la glorification du quart d'heure de gloire, est le moyen direct d'accession à la Terre promise. Il n'y a qu'à regarder le nombre d'autobiographies et de pages publicitaires qui apparaissent, toujours plus nombreuses.

Bref, moins (ou autant, mais visiblement pas plus) de Wikipédiens, alors que le nombre de vandales, illuminés et autres passagers clandestins à surveiller et contrecarrer augmente. Les temps ont changé. Le nier, c'est se mettre la tête dans le sable avec panache, mais dans le sable quand même. La glorieuse et insouciante époque du free-for-all doit cesser.

2 commentaires:

Meneldur a dit…

S'agit-il d'une réaction aux résultats de ton dernier sondage ? :)

Popo le Chien a dit…

Non en fait, les deux ne sont pas liés, j'avais juste envie d'écrire là-dessus à vrai dire.

Il y a très peu de préméditation ici, j'ai pas vraiment d'agenda.