jeudi 5 février 2009

Cinq contre Un

Wikipédia en anglais c'est vachement mieux, car c'est bien connu qu'une accumulation de n'importe quoi nous permettra, in fine, d'y trouver absolument tout. Aux autres ensuites de se débrouiller pour financer, ordonner, et maintenir cette méta-encyclopédie - c'est un autre problème.

Autant dire qu'avec ce genre de raccourcis la marmotte elle n'a pas fini d'emballer du chocolat.

La carte que vous voyez à droite indique les pays de l'OCDE, et parmi ceux-là lesquels ont pour langue officielle l'anglais (rouge) ou le français (bleu). Pourquoi juste l'OCDE? Parce qu'en dépit de tous les chiffres sur l'accès à internet dans le monde (oh-la-la-c'est-formidable-même-les-pauvres-y-ont-droit), c'est bien la seule zone où non seulement les gens peuvent surfer mais en plus y créer une valeur ajoutée sur leur temps libre (comprenez qu'ils ont des loisirs et un niveau d'éducation élevé). Bonus: les taux d'accès sont vaguement homogènes. C'est sur cette base que j'ai commencé à additionner les chiffres de population pour chacun des ensembles, francophone et anglophone.

Que nous donne ce calcul de comptoir? Un total de 79'150'000 personnes d'un côté (nous) et 397'930'000 de l'autre (eux). Soit, à la louche, cinq anglois pour un seul françois.

Si maintenant on comptabilise le nombre d'articles disponibles sur chaque projet, nous avons à ce jour 2'726'000 articles sur :en contre 761'000 sur :fr. Soit... trois et demi contre un. Plutôt étonnant, surtout si l'on pense à tous ces non-anglophones qui contribuent pourtant en anglais. Si d'aventure nous poussions l'expérience jusqu'à regarder du côté de nos cousins les Germains, le ratio tomberait à trois articles sur :en pour un seul sur :de (pour un bassin de population quatre fois supérieur).

Soit aussi, et c'est encore plus parlant, un article pour 146 (:en), 104 (:fr) et 110 (:de) locuteurs.

La conclusion de ce petit exercice est qu'en dehors de tout débat philosophique, on a surtout l'encyclopédie collaborative que sa démographie permet. Et si l'on cherche à pointer ceux qui accumulent les articles plus vite que leur ombre, on ne regardera pas forcément du bon côté en allant vers le plus gros projet.

10 commentaires:

Poulpy a dit…

C'est le nouveau pipotage pour tenter de sauver les meubles et dire que, non, en: c'est pas bien parce que chez nous, c'est des articles faits avec amour ? :)

Parce que d'un autre point de vue, on pourrait se dire que c'est pire : sur fr:, on a plus d'articles par locuteur qu'en:. Les francophones sont donc des grosses brêles qui créent des articles juste pour le plaisir d'en créer, là où les anglophones prennent le temps de la réflexion et ont fait le choix de la qualité. Il est donc urgent de les imiter.

(J'ai pas mal aimé l'identification d'en: à une irresponsable collection de n'importe quoi, on se serait cru chez Pierrot.)

Popo le Chien a dit…

Non, en fait je reprenais ce que tu disais :-)

Pour le reste, la morale à en tirer c'est surtout que quoi qu'on fasse, on aura un truc du niveau actuel de :en dans à peu près 20 ans...

Poulpy a dit…

Ou un truc du niveau actuel de de: dans à peu près 10... :D

Barraki a dit…

Perso, c'est pas notre retard sur :en et :de qui me fout la honte. C'est de voir le peu de distance qu'on met à :pl, alors que la France, vu son revenu par habitant et celui de la Pologne, devrait être beaucoup plus efficace sur Internet.

Pierrot le Chroniqueur a dit…

@Poulpy, WP en est une vaste collection de trucs divers et variés, dont une grosse partie de n'importe quoi (prétendre le contraire est juste de la mauvaise foi).
Quant à la notion de responsabilité (sur le contenu des contributeurs) que tu sembles rejeter ... Eh bien tant pis, hein. Rajoutons que quand tu apposes "en" avec les termes "réflexion" et "qualité" ... J'ai quelques (énormes) doutes. Mais ça doit être nos définitions de "qualité" ou de "réflexion" qui divergent, car je ne franchirais jamais le pas d'une généralisation indue. Ce qui n'est pas très grave non plus.

Ceci dit, ça serait bien sympathique de ta part de considérer qu'il puisse y avoir des gens qui ont des avis bien différents des tiens, et que si tu as des choses à exprimer sur mes opinions, mes colonnes sont ouvertes (je n'ai jamais censuré de commentaires qui ne provienne d'un vandale de longue date).

@Barraki : pl a beaucoup fait fonctionner les bots en création, si je me souviens bien.

Moralité de la chose : la course à l'échalote continue.

P.S. : c'est marrant comme on peut facilement passer pour "réac" avec ce genre de commentaires.

gribeco a dit…

Accessoirement, cette comparaison fait complètement l'impasse sur la qualité des articles, où en: nous en met plein la vue.

On peut émettre deux hypothèses : le rédacteur d'en: est intellectuellement supérieur au rédacteur de fr:, ou bien l'effort engagé dans un article d'en: est nettement supérieur... ce qui implique qua la simple comparaison du nombre d'articles est un indicateur insuffisant.

(Et ça permet aussi de relativiser le score de pl:.)

Poulpy a dit…

Ben oui, qu'est-ce que tu veux, Pierrot, moi je ne considère pas qu'il y a une faillite grave de la pensée parce que Wikipédia n'est pas uniquement composée des 10 000 articles dûment identifiés par un collège d'experts en conclave. Je pense que ton problème est précisément de voir Wikipédia comme un ramassis de n'importe quoi, et de penser que c'est un désastre si tout un tas d'articles ne correspondent pas à ton idéal encyclopédique.

(Je glisserai avec bienveillance sur le passage concernant mon incapacité à accepter les opinions des autres. C'est parfaitement exact, mais quand je lis certains de tes posts où le mépris perce au combien facilement sous l'ironie, je trouve que c'est quand même l'hôpital qui se moque de la charité.)

Bon, je sais bien que quoi qu'il arrivera, tu iras nous dire que la qualité de Wikipédia est merdique parce qu'il y aura toujours trois cent mille trucs qui ne t'iront pas. Je sais également que, quoi qu'il arrive, tu considèreras que personne d'autre que les suppressionnistes (pour utiliser un terme qui n'a pas de réalité, mais comme certains s'en réclament, c'est pratique) n'a jamais remarqué qu'il pouvait y avoir des problèmes sur Wikipédia, ni rien fait pour les corriger.

Bon, donc on va faire simple : oui, je considère Wikipédia comme une réussite, je trouve qu'elle répond bien aux attentes et pour finir, je pense qu'en: enfonce tout le reste en matière de qualité.

Mais, hein, moi, je suis un barbare inculte qui pense que le but de Wikipédia est de compiler toutes les informations possibles sur tout ce qui n'est mentionné nulle part ailleurs. Comme tu cherches absolument à te faire plaindre en t'affublant du qualificatif « réac », faut pas s'étonner non plus. En plus, tu pourras continuer à dire que tu es le seul vrai étalon de ce qu'est la qualité, ça ne mange pas de pain et ça fait toujours plaisir. C'est toujours valorisant de savoir qu'on a moralement raison quand on est incapable d'incliner les actions des gens dans son sens.

Et puis c'est bien beau de râler à l'envi sur la qualité. Mais tu proposes quoi, exactement ? Supprimer tous les articles qui ne te conviennent pas ? Restreindre l'édition aux seuls sujets que tu considèrent encyclopédiques ? Exiger de tout le monde des preuves d'expertise avant chaque modification ? Je veux dire, mis à part corriger un léger inconfort dans ton esprit, qu'est-ce que ça changerait ?

Popo le Chien a dit…

@Gribeco: mais si on compare les bassins de contributeurs potentiels, on peut logiquement estimer que leurs articles sont, effectivement 3 à 5 fois plus fournis et documentés (même si la qualité est difficilement mesurable).

Ce qui, de fait, permet effectivement de relativiser la position de pl.

Pierrot le Chroniqueur a dit…

@ Poulpy.
Désolé, j'ai cru un moment que tu étais capable de percevoir une pointe d'ironie, de faire preuve d'une certaine ouverture d'esprit, le tout conjugué à un certain sens de la réalité. Je crois que je me suis trompé. Ou alors ce n'était pas le moment.
Ca, c'est pour un petit passage de forme fielleuse, histoire de pouvoir dire que je suis un grand méchant.

Alors pour ton information (et éclaircir les choses une bonne fois pour toutes) :
1/ Je pense que le principe de Wikipédia est une réussite. Pas son état. Ce que tu écris, au passage, mais nos étalons ne sont pas les mêmes.
2/ Me faire traiter de réac, dans le fond je m'en fous (mais alors d'une force) : on est toujours le réac de quelqu'un. J'indiquerais juste que je vois toujours les mêmes se placer sur ce genre de thématique (pas que sur Wikipédia, et sur des trucs relativement ... basiques, comme une forme de pain. Authentique). Un peu comme les allusions à mon "esprit" qui se porte bien, merci.
3/ Je ne prône pas la limitation de Wikipédia à 100 000 articles. Juste à des qui sont bien écrits, de manière sourcée et pas sur n'importe quoi. C'est une grosse différence effectivement avec la massification que tu "sembles" souhaiter. Car il ne faut pas confondre "information que l'on ne trouve pas ailleurs" (T.I. ?) avec "open entry".
4/ Ta parabole du barbare (que j'ai lue avec intérêt) est, excuse-moi, une simple posture rhétorique à mon sens. Elle ne s'appuie sur rien de concret, si ce n'est une ... réaction à ton environnement. On a chacun ses propres sujets de révolte, qui peuvent être opposés.
5/ "C'est toujours valorisant de savoir qu'on a moralement raison quand on est incapable d'incliner les actions des gens dans son sens." C'est exactement ce que je pourrais te dire.
6/ Oui ça serait pas mal :D de faire un gros ménage, mais ça ne corrigerait en rien un "inconfort" chez moi (merci, Wikipédia n'est pas mon intérêt principal, très loin de là).

Donc, pour résumer (et au cas où tu ne l'aurais pas saisi) :
- je pense que ton opinion générale est respectable en tant que telle. Je pense par contre qu'elle n'est pas défendable sur un ensemble important de points (majoritaires, mais c'est mon opinion à moi).
- je pense que tu es sur Wikipédia pour te faire plaisir (c'est bien), mais que tu n'acceptes pas la contrainte (encyclopédique ou restrictive, selon le point de vue) nécessaire à un projet défini.

Et j'arrête là la psychologie de comptoir. On n'est pas dans le bistro ici. Et mes opinions sur Wikipédia, je les écris dans mon blog.

@ Popo : navré pour l'occupation d'espace.

Moez a dit…

Chic, ça se bastonne ici aussi :)