mardi 1 décembre 2009

La rançon du succès

Peut-être est-ce la saison. Peut-être sont-ce les sanglots longs des violons de l'automne, qui blessent mon coeur d'une langueur monotone: toujours est-il que, ces derniers temps, j'ai vraiment l'impression que Wikipédia doit faire face à une invasion de boulets. Le pire, c'est que j'ai le troublant pressentiment que ce n'est que le début.

J'essplique.

Voici plus d'un -voire deux ou trois- mois que je suis embarqué à discuter sur plusieurs articles, tous aussi obscurs les uns que les autres et abordant autant de thèmes distincts, avec des individus voués à défendre envers et contre tout (et tous) une position plus ou moins minoritaire, déviante ou simplement fantaisiste. Pour le sommet du palmarès, j'hésite entre celui qui compare les diagrammes de longueur d'onde avec Jean-Marie Bigard, ou le monsieur qui s'évertue à vouloir affirmer que les trois derniers maires de sa commune (4'272 habitants) sont de gauche parce qu'ils ont autorisé la pose de gazon synthétique sur le terrain communal (je n'exagère pas, la mairie avec qui j'ai pris langue m'a envoyé une copie de ses tracts).

Nous sommes cernés par les fous.

Le problème, celui qu'on ne peut régler qu'à moitié en bloquant ou protégeant les pages comme cela se fait tous les jours, c'est que j'ai la désagréable impression qu'ils sont de plus en plus nombreux. Je me demande si ce n'est pas directement lié au fait que Wikipédia, bon gré mal gré, soit devenue une référence et que son mode opératoire ouvert, à défaut d'être compris, apparaisse pour les timbrés justiciers de tout poil comme l'occasion tant attendue de montrer enfin à un public qui n'attend forcément que cela ce qu'est la Vérité.

Avec la démocratisation de l'accès au net et la reconnaissance, ce ne sont donc plus les timbrés éduqués auxquels on doit faire face (les habitués penseront par exemple à JPP), mais désormais aussi les timbrés lambda. La rançon du succès, en quelque sorte, est que la participation contributive et collaborative appelle une autre forme de participation, désormais dénonciatrice et conspiratrice.

J'apporterai donc un bémol au démenti de Möller et Erik Zachte quand à la supposée diminution du nombre de contributeurs: celle-ci est faible et de toute façon attendue certes (les gens qui jouent la surprise n'ont visiblement pas compris pourquoi les chaînes pyramidales ne fonctionnent pas), mais elle cache probablement un élément non mesurable quant à la démographie des participants: les pionniers des premières années, partis au fur et à mesure que les grands thèmes étaient défrichés et ébauchés sont -en toute petite partie, ne soyons pas alarmistes- graduellement remplacés par des individus moins rompus aux technologies et au travail de recherche et rédaction d'une part, et qui d'autre part voient ce projet comme un moyen et non une fin.

C'était peut-être également prévisible, mais c'est troublant.



PS: l'image est un scan d'une manchette du quotidien lausannois 24 heures du lundi 30 novembre 2009. L'article correspondant (décevant au vu des attentes légitimement suscitées chez le Wikipédien lambda) est consultable ici.

6 commentaires:

DC a dit…

J'ai le sentiment de croiser des timbrés lambda (à des titres divers) depuis le début de mon activité wikipédienne.

NB : "mais les désormais aussi les timbrés lambda" -> problème

Popo le Chien a dit…

Corrigé, merci.

J'ai rencontré plein de givrés aussi, c'est sûr, mais alors qu'avant je les avais l'un(e) après l'autre, maintenant on dirait qu'ils arrivent tous en même temps 0_o

DC a dit…

C'est parce que tu as gagné en empathie :-p !

Chandres a dit…

Il y a de plus en plus de cons chaque année. Mais cette année, j'ai l'impression que les cons de l'année prochaine sont déjà là!

gede a dit…

Moi, j'ai le sentiment inverse. Au début, Wikipédia apparaissait bien plus comme un lieu alternatif -où toutes les vérités rejetées par le monde officiel pouvaient être enfin dévoilées. D'où une multitude de sectes, pseudo historiens, etc. C'est face à une de ces sectes que j'ai fait une partie de mes armes wikipédiennes. Je n'oublie pas le temps qu'il a fallu pour en arriver à bout.

De fait, il y a maintenant une relative conscience que Wikipédia c'est sérieux, et une efficacité beaucoup plus grande des admis dans le traitement des problèmes de ce genre.

Par contre, avec la légitimité sont apparus de nouveaux boulets : les entreprises, et les "institutionnels", qui voient dans Wikipédia un support honorable de promotion.

DC a dit…

Je suis assez d'accord avec ton analyse mais il ne me semble pas cependant que les boulets ésotériques se soient encore tous découragés.