lundi 15 septembre 2008

A qui profite le crime?

Tiens c'est marrant, on dirait que La glaneuse pipote ses billets et aussi ses chiffres de fréquentations. Attendez vous à du capillotracté, mais je crois en tout cas que j'ai mis le doigt sur quelque chose.

L'un des trucs rigolos avec Internet, c'est qu'on est toujours un peu anonyme, mais jamais vraiment complètement: l'excellent Google analytics me permet de savoir, amis lecteurs, que vous êtes plus d'une cinquantaine à vous ruer sur chacun de mes nouveaux -et visiblement excellents- billets. Et parfois même plusieurs fois par jour, vu que le nombre de visites est supérieur au nombre de visiteurs uniques. Pour quelqu'un qui pensait écrire quatre billets pour trois lecteurs et arrêter après deux mois, c'est un vrai petit plaisir. Merci.

Quoi qu'il en soit, ce formidable outil de la firme californienne m'apprend d'emblée deux choses:
  1. Je ne ferai jamais fortune en collant des pubs sur ce blog;
  2. Je peux savoir si vous venez spontanément ou si c'est un ami qui vous envoie, et lequel.

Démonstration
:

Le 1er septembre dernier, Poulpy affirme son credo de vandale débauché1, justifiant ce besoin de clarification par ce qu'il a lu sur ce qu'il qualifie de "blog de très bonne tenue". Et là, surprise, ma copine Anna Lytics me dit qu'entre ce même jour et le suivant, j'ai cinq visiteurs directement débarqués de chez lui:

Image réalisée sans trucage


Quelques jours plus tard, le 9 septembre, l'excellent Pierrot se demande pour sa part tout haut si je l'aime encore. Le parfum du scandale attire le chaland2, ce que l'on traduit de manière toute aussi graphique par ceci:

En gros, une quinzaine de lecteur immédiats, en sus du "bruit de fond" de ceux qui vont d'un blog à l'autre pour collecter les dernières nouvelles3.

Et c'est là que ça devient vraiment drôle. J'apprends jeudi dernier en consultant l'incontournable wikirigolade de Pierrot, qu'Alithia/la glaneuse a parlé de moi la veille. Et effectivement, un nouveau site référent apparaît:

Sauf que voilà, moi je n'ai rien vu passer sur le coup. Le volume global des visites est resté quasi-normal:

Trafic total. La mesure commence fin août, et l'on voit bien que de nouveaux lecteurs apparaissent, drainés par les aggrégateurs, à chaque nouveau post - par exemple les 6, 8, 10 et 12 septembre (quatre derniers pics).

Les gens suivent souvent les liens dans les posts, c'est normal et même fait pour ça. Pourtant, si le lectorat de la glaneuse était différent des wikipédiens qui lisent le présent blog et celui de Pierrot, on aurait dû relever un surcroît notable de trafic. Il n'en est rien.

Conclusion: la seule explication logique qui me vient à l'esprit, c'est probablement que la majorité des personnes qui lisent ce blog anti-wikipédia et anti-wikipédiens sont... les wikipédiens.

Suis-je le seul à trouver cela ironique?



1: toi, t'as pas compris le sens de mon post.
2: évangile selon Saint Paris-Match, 1:1.
3: on constate un autre fort renvoi le 30 août, au cours de l'"affaire Aliesin". J'interprète la résilience de la courbe par notre positionnement commun en tant que commentateurs de la chose wikipédienne - les blogs, comme les journaux, se vendent visiblement mieux en temps de crise et pendant cette période les gens ont du prendre l'habitude d'aller voir l'un dans la foulée de l'autre.

6 commentaires:

Poulpy a dit…

Cool, j'ai cinq lecteurs !

Popo le Chien a dit…

Ouais, et en plus je te les ai piqués ^^

Aliesin a dit…

Ah tu reparles de moi !

Manoillon a dit…

Toujours pas de photos, ceci dit...

Poulpy a dit…

Au fait, t'as réglé ton problème de feed ? :D

Popo le Chien a dit…

Oui: j'essaie de ne plus tripoter mes articles une fois qu'ils sont publiés...